Festival 2021
Rafael Palacio Illingworth

VIDA COMIENZA, VIDA TERMINA
LIFE BEGINS, LIFE ENDS

Suisse, Argentine / 2021 / 83’
Première Mondiale

Rafael Palacio Illingworth
La vie commence, la vie se termine. Voilà un titre aussi lapidaire qu’il relève d’une loi naturelle ôtant au malheur familial tout son caractère tragique. La mort est un drame privé. Comment restituer l’horreur de son irrationalité ? Rafael Palacio Illingworth est le réalisateur de plusieurs comédies dramatiques dont Between Us (2016) et Macho (2009). Il signe ici un long métrage aussi intime qu’ouvert et généreux à partir du drame qui a bouleversé sa propre vie. Mais c’est en tramant avec le récit d’une fiction la matière intime récoltée au fil du temps qu’il déborde le cadre autobiographique et ne cesse de jouer avec ses
codes. Rafael Palacio Illingworth se construit un alter ego, un doppelgänger et une famille en miroir. Aux images d’un bonheur lumineux et quotidien répond un récit fragmentaire qui concentre une descente aux enfers et auquel est confiée l’exposition de la douleur. Il est un rôle donné à la fiction : sauver les images de ce bonheur. Les conserver indemnes, érigées en souvenirs dans leur grâce pleine et entière. A la brutalité sourde du réel peut se substituer la mise en scène de son spectacle. Ici, le corps du réalisateur doit tenir. Face à la maladie. Contre le désespoir. Là, le corps de son personnage, un gaucho des plaines d’Argentine, s’inflige la violence d’un monde devenu insupportable et consacre l’espace fictionnel comme catharsis.

Intriquant différents régimes en trois mouvements, Rafael Palacio Illingworth opère courageusement une mise à nue à plusieurs niveaux. Le dédoublement devient dialogue. S’il met en scène sa propre famille, c’est pour mieux dévoiler les coutures du drame en tant que genre, en proposant un système de conversation entre la fiction et les ressorts de sa fabrique : sources d’inspiration, partition musicale, personnages et motifs, acmé et points d’orgue… Ce qui s’expose alors n’est pas tant l’évidence de la tragédie que le mariage vital de l’art et de la vie.
(Claire Lasolle)

Fiche technique

Version originale : anglais, espagnol, allemand suisse.
Sous-titres : anglais.
Scénario : Rafael Palacio Illingworth.
Image : Rafael Palacio Illingworth.
Montage : Rafael Palacio Illingworth, Dounia Sichov.
Musique : Tobias Preisig, Ephrem Luechinger, Alban Schelbert.
Son : Alban Schelbert.
Avec : Cristian Salguero, Mariana Anghileri, Eleonore Meier.
Production : Rafael Palacio Illingworth (NORA films), Mauro Andrizzi (MONO films)
Filmographie : Alma, 2021. Between Us, 2016. Macho, 2010. Man in a Room, 2010.

ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR

Réalisateur

Rafael Palacio Illingworth

Festival

Synopsis

Juliette Dominati Une femme d’une quarantaine d’années, une jeune adulte, une petite fille : Lola, à trois étapes de sa vie. La plus âgée raconte ses souvenirs qu’incarnent les deux...

En savoir +
EP - Les Sentiers Expanded 2022
Synopsis

Tetsuichiro Tsuta Quelque part au Japon, deux hommes vivent dans une maison new age, à travers les vitres de laquelle les reflets et ondulations de la pluie se dessinent en noir et blanc sur les...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Claire Doyon Après un long-métrage consacré à sa fille autiste mutique (Pénélope mon amour, FID 2021), Claire Doyon cherche auprès d’une amie autiste Asperger des réponses à certaines de...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

« Obsada » signifie en polonais « équipe de tournage », mais peut aussi signifier « groupe de travail ». L’équipe dont il s’agit ici est double. Celle du film d’abord, devant et...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Liv Schulman aime travailler avec des figures qui seraient ses doubles. Après celle de l’enquêteur de sa série policière métaphysique Control, voici un nouvel avatar de l’artiste....

En savoir +
Sélection officielle 2022