2021
Vincent Meessen

JUSTE UN MOUVEMENT

Belgique / 2021 / 110’
Première Française

Vincent Meessen poursuit avec Juste un mouvement son exploration des contrechamps et des hors-champ des imaginaires politiques et des récits occidentaux, comme Un. Deux. Trois. (2015) qui remettait en perspective la mythologie de l’Internationale Situationniste vue depuis Kinshasa. Le pivot cette fois, c’est La Chinoise de Jean-Luc Godard, tourné à Paris en 1967, avec Anne Wiazemski en étudiante et Jean-Pierre Léaud en acteur, mais aussi, audétour d’un cours sur les « perspectives de la gauche européenne », Omar Blondin Diop, jeune étudiant en philosophie militant et inconnu des milieux du cinéma. Filmant depuis Dakar Meessen choisit de diffracter les perspectives. En menant d’abord une enquête, nourrie de souvenirs et de riches analyses de proches, filmés comme hors du temps, où se révèle peu à peu Omar, devenu figure centrale. Par un jeu de miroirs et d’écarts, Meessen convoque aussi les images, les époques et les discours : le maoïsme militant des années 60 à Paris et à Dakar. Et son actualité : la forte présence chinoise aujourd’hui au Sénégal. Dialogue fertile entre l’espace de La Chinoise et le Sénégal actuel, où résonnent des images contemporaines avec des sons du film et inversement, jouant parfois des cartons du film, ou imbriquant un plan, voire une séquence, comme celle du train où la réflexion de Felwine Sarr se substitue à celle de Francis Jeanson. « Il faut confronter les idées vagues avec des images claires » est-il rappelé, convoquant le célèbre aphorisme de La Chinoise. Et ici non pas par un mouvement juste comme l’énonce un maître de shaolin sénégalais, mais juste un mouvement, écho supplémentaire au Godard de Vent d’est. Par un art consommé du montage et du dépli des récits, foisonnant de reprises et de commentaires indirects distillés, le film opère ainsi un véritable retournement.

(Nicolas Feodoroff)

Fiche technique

Version originale : chinois, français, wolof.
Sous-titres : anglais, français.
Scénario : Vincent Meessen.
Image : Vincent Pinckaers.
Montage : Simon Arazi.
Son : Laszlo Umbreit.
Production : Geneviève de Bauw (Thank You & Good Night productions), Olivier Marboeuf (Spectre).
Filmographie : Quelle que soit la longueur de la nuit, 2020. Ultramarine, 2018. One.Two.Three, 2015. Clinamen Cinema, 2013. Vita Nova, 2009.

ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR

Réalisateur

Vincent Meessen

Synopsis

El Agua – « l’eau », tout simplement – revient au village, et passe des ébats du ciel au lit de la rivière, menaçant dès le début de déborder. Des bruits courent dans la petite...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

Juliette Dominati Une femme d’une quarantaine d’années, une jeune adulte, une petite fille : Lola, à trois étapes de sa vie. La plus âgée raconte ses souvenirs qu’incarnent les deux...

En savoir +
EP - Les Sentiers Expanded 2022
Synopsis

Tetsuichiro Tsuta Quelque part au Japon, deux hommes vivent dans une maison new age, à travers les vitres de laquelle les reflets et ondulations de la pluie se dessinent en noir et blanc sur les...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

Florence Pazzottu Coups de balai: d'abord la femme, qui le tend ensuite à l'homme qui se tient à ses côtés; il passe un coup à son tour, puis le lui tend à nouveau. En voix off, une femme lit...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

Claire Doyon Après un long-métrage consacré à sa fille autiste mutique (Pénélope mon amour, FID 2021), Claire Doyon cherche auprès d’une amie autiste Asperger des réponses à certaines de...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022