Index
FID +

RÉSIDENCES JOAQUIM JORDÀ

SECOND APPEL (2023-2024)

Le Museo Reina Sofía, Doclisboa et le FIDMarseille présentent un nouvel appel du programme de résidence Joaquim Jordà destiné aux cinéastes et artistes dans le domaine du cinéma-essai, du film expérimental et de toutes les autres expressions du film de non-fiction. Unique en son genre, ce programme réunit un musée et deux festivals internationaux de cinéma pour soutenir les différentes phases de la création, de la conception à la matérialisation d’une œuvre audiovisuelle. L’objectif du programme est d’encourager le développement de projets cinématographiques dans le domaine de la non-fiction, en facilitant l’accès au financement pour leur réalisation et la création de réseaux internationaux. La recherche et le développement du projet ont lieu pendant la résidence à Madrid, les contacts avec les producteurs, les collecteurs de fonds et les distributeurs pendant la période à Marseille, et la mise en réseau avec les cinéastes, les artistes et les programmateurs pendant la période à Lisbonne. L’objectif de la résidence est de concevoir et de produire de nouvelles œuvres cinématographiques.

Le programme est nommé en l’honneur de Joaquim Jordà (1935-2006), auteur d’une œuvre originale et emblématique dans le domaine du cinéma de non-fiction, dont la trajectoire personnelle s’étend sur les trois institutions et les trois pays qui se sont réunis pour établir ce programme. Cinéaste espagnol récompensé par le prix national de la cinématographie (2006), son œuvre fait partie de la collection du Museo Reina Sofia. La dernière rétrospective de son vivant a eu lieu au FIDMarseille (2006), tandis que ses premières œuvres traitent de la résistance à la dictature au Portugal (Portogallo, paese tranquilo, 1969). Jordà a suivi un chemin de non-conformité et d’engagement politique dans le domaine du documentaire de création, caractérisé par l’utilisation de stratégies théâtrales profondément expérimentales et la mise en scène de récits. Cet appel à candidatures vise à récupérer son héritage et à confirmer sa place dans la généalogie du cinéma de non-fiction contemporain.

Cet appel participe de l’objectif de faire évoluer le musée d’art contemporain vers une organisation plus perméable qui s’occupe des artistes et des chercheurs dans un sens transversal, à travers différentes disciplines et dans différentes phases de travail créatif. Il est également essentiel que cette nouvelle institution soit en dialogue avec d’autres organisations et espaces culturels de différentes échelles et géographies, qu’il s’agisse de musées, de festivals ou d’organisations autonomes, afin d’établir des liens et un sentiment de proximité au sein d’un nouveau circuit.


Les bourses Joaquim Jordà ont été créées sur la base de ces idées et de ces objectifs. Il s’agit d’un programme de résidence au Museo Reina Sofía, qui exige une période de présence spécifique à Madrid, et qui est complété par deux des festivals de cinéma les plus prestigieux et les plus renommés au niveau international : FIDMarseille et Doclisboa. Les boursiers – deux par an – seront également invités à participer au FIDLab et à Doclisboa. Le FIDLab est un espace dans lequel les projets peuvent être présentés à des bailleurs de fonds, des producteurs et des distributeurs. Il se tient chaque année au début du mois de juillet au FIDMarseille. Les projets primés seront automatiquement examinés par le jury indépendant du FIDLab. S’ils ne font pas partie des projets sélectionnés, les lauréats bénéficieront de toutes les opportunités professionnelles offertes par la plateforme.

En outre, Doclisboa effectuera une sélection spéciale parmi les projets invités au festival, qui se déroulera dans la seconde moitié du mois d’octobre à Lisbonne, ce qui permettra aux bénéficiaires de se constituer des réseaux internationaux.

La valeur totale de la bourse est de 9000 € (neuf mille euros), qui seront versés en deux virements à chaque boursier au début et à la fin du processus de sélection. Cette somme comprend les frais de voyage et d’hébergement à Madrid. Les frais de voyage et d’hébergement à Lisbonne et à Marseille seront pris en charge par les institutions organisatrices, toujours à une distance européenne ou similaire.

Richard Shpuntoff et Serge Garcia sélectionnés pour le programme de résidence Joaquim Jordà (2023-2024)

Richard Shpuntoff et Serge Garcia sont les deux cinéastes sélectionnés pour la deuxième édition du programme annuel de résidence Joaquim Jordà, soutenu par Doclisboa, le FIDMarseille et le Musée Reina Sofía. Choisis par le jury parmi plus de 150 candidatures, les deux boursiers feront partie du programme qui rend hommage au cinéaste espagnol Joaquim Jordà (1935-2006) et vise à promouvoir le développement de projets cinématographiques dans le domaine de la non-fiction.

Richard Shpuntoff a été récompensé, selon les termes du jury, « pour une œuvre située entre l’écriture, la mémoire et les archives personnelles, un cinéma d’écrivain qui prend en compte la traduction et la dislocation comme phénomènes essentiels de la narration ». Il est né à New York et a commencé sa carrière dans les arts visuels en tant que photographe documentaire. En tant que réalisateur, il a réalisé plus d’une douzaine de courts métrages avant de faire ses débuts dans le long métrage avec Jackson Heights (2016), sur le meurtre d’une travailleuse du sexe portoricaine en 1990 à New York. Everything that Is Forgotten in an Instant, son deuxième film, a été présenté pour la première fois en 2020 dans le cadre de la compétition internationale du FIDMarseille.

Serge Garcia est un écrivain, cinéaste et producteur. Son travail explore les récits croisés et les sujets clés des sous-cultures musicales du clubbing, de l’electronica ou de la noise. Pour le jury, « ses films évoquent des sentiments de solitude, d’aliénation, mais aussi de résistance et d’action ». Grand Central Hotel (2021) est un portrait mélancolique et perspicace du créateur de sons Terre Thaemlitz, qui donne une tournure existentielle au documentaire musical. Les autres films de Serge Garcia sont Live To Be Legend (2020), Cycle One (2021) et A General Disappointment (2022).

Le jury, dont les membres ont souligné « la maturité et l’inventivité des projets » concourant pour les bourses, était composé de Cíntia Gil et Miguel Ribeiro (Doclisboa), Tsveta Dobreva et Cyril Neyrat (FID-Marseille), Chema González et Manuel Segade (Museo Reina Sofia), et Manuel Asín (juré indépendant).

PREMIER APPEL (2022-2023)

Leandro Listorti et Elise Florenty & Marcel Türkowsky sélectionnés pour le programme de résidence Joaquim Jordà (2022-2023)

Suite à un appel à projets lancé en octobre 2022, 2 projets ont été récompensés : Leandro Listorti d’Argentine, et Elise Florenty & Marcel Türkowsky de France/Allemagne.

A Certain Civilization
Leandro Listorti
Argentine
À bord d’un brise-glace en route pour l’Antarctique, des histoires décousues et troublantes émergent, reflétant l’irrégularité et l’imprévisibilité des blocs de glace à la dérive. Dans une base militaire argentine de l’Antarctique, une capsule temporelle mêle récits personnels, progrès scientifiques et ambiguïté historique. Au milieu des études biologiques et météorologiques, des voix évoquent et envisagent le passé et l’avenir, hantées par des récits de mort qui se cachent dans les moindres détails.

In Search of the Boojum
Elise Florenty & Marcel Türkowsky
France, Allemagne
Cette fable transculturelle explore la mystique du Fouquieria columnaris, un arbre rare du désert de Sonoran qui ressemble à une carotte renversée. Connu sous le nom de Boojum dans les cercles scientifiques, il suscite la crainte et revêt un caractère sacré chez le peuple indigène Seri. Le film mêle anthropologie, poésie et critique géopolitique tout en s’étendant de l’Ancien au Nouveau Monde.