2021
Antonin Peretjatko

LES RENDEZ-VOUS DU SAMEDI
YELLOW SATURDAY

France / 2021 / 54’
Première Mondiale

Antonin Peretjatko
La diplopie « se définit comme un trouble fonctionnel de la vision qui se traduit par la perception de deux images pour un seul objet » (Clément Chéroux). Antonin Peretjatko installe littéralement à l’image ce phénomène de dissociation. Il marque ainsi un des enjeux des Rendez-vous du samedi : la perception du mouvement de protestation dit des Gilets Jaunes, séquence politique au très long cours et qui a nourri les médias, investis dans une bataille sur le terrain de la représentation des manifestants. La rue avait déjà sa place dans le fougueux La fille du 14 juillet. Ici, elle est le creuset d’un pamphlet politique railleur et enlevé qui s’affirme comme un hommage au Fond de l’air est rouge de Chris Marker. Si ce n’étaient quelques indices de notre temps (le gilet jaune et l’uniforme policier), Les rendez-vous du samedi pourrait avoir été tourné dans les années 70. Effrontément, le film entremêle au récit des manifestations et de leur répression une ligne serpentine et badine qui retrace les amourettes de son personnage, Pierre Bolex (dont le nom prête à sourire). Nymphettes en mini shorts, James Bond Girls sur les toits de Paris : le male gaze parfaitement anachronique est trop ostensible pour être sérieux. Derrière ces femmes muettes surgies elles aussi de films des années 70, renvoyées à leur sexe, femmes à l’époque évincées de l’écriture de l’histoire insurrectionnelle, se devine une interrogation quant aux discours d’autorité qui déterminent la légitimité des figures en lutte et confisquent la parole à celles et ceux jugés indignes de porter des revendications politiques. Les Rendez-vous du samedi tisse deux temps qui semblent étrangers l’un à l’autre : Les Gilets Jaunes et le temps suspendu des confinements successifs, pour mieux les inscrire dans une continuité politique. Alors, à l’insouciance schizophrénique et amnésique, surjouée et bouffonne, répondent un retour en images et un geste de cinéaste qui, parti filmé caméra 35 mm au poing ces rendez-vous du samedi, dangereux et plus enfiévrés que des retrouvailles amoureuses, use moins de la pellicule pour sa valeur esthétique que pour nous dire avec ferveur : « j’y étais ».
(Claire Lasolle)

Fiche technique

Version originale : français.
Sous-titres : anglais.
Scénario : Antonin Peretjatko.
Image : Antonin Peretjatko.
Montage : Antonin Peretjatko.
Son : Antonin Peretjatko.
Production : Isabelle Tillou (Apsara Films).
Filmographie : La Pièce rapportée, 2020. Panique au Sénat, 2017. La Loi de la jungle, 2016. La Fille du 14 juillet, 2013.

Réalisateur

Antonin Peretjatko

Synopsis

Juliette Dominati Une femme d’une quarantaine d’années, une jeune adulte, une petite fille : Lola, à trois étapes de sa vie. La plus âgée raconte ses souvenirs qu’incarnent les deux...

En savoir +
EP - Les Sentiers Expanded 2022
Synopsis

Tetsuichiro Tsuta Quelque part au Japon, deux hommes vivent dans une maison new age, à travers les vitres de laquelle les reflets et ondulations de la pluie se dessinent en noir et blanc sur les...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Claire Doyon Après un long-métrage consacré à sa fille autiste mutique (Pénélope mon amour, FID 2021), Claire Doyon cherche auprès d’une amie autiste Asperger des réponses à certaines de...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

« Obsada » signifie en polonais « équipe de tournage », mais peut aussi signifier « groupe de travail ». L’équipe dont il s’agit ici est double. Celle du film d’abord, devant et...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Liv Schulman aime travailler avec des figures qui seraient ses doubles. Après celle de l’enquêteur de sa série policière métaphysique Control, voici un nouvel avatar de l’artiste....

En savoir +
Sélection officielle 2022