Festival 2021
Santiago Mohar Volkow

LUMBRE
EMBERS

Mexique / 2021 / 40’
Première Mondiale

Un, deux, trois – soleil ! Tandis que des hommes brûlent du foin dans un champ, des enfants se tiennent droits dans le paysage. Le fracas d’une balle retentit. Le visage d’une femme apparaît dans le bleu du ciel. Un enfant se retrouve à terre. Voici la scène d’exposition de Lumbre, tragédie à partir de laquelle une polyphonie va se dérouler, en quatre mouvements. Sur le modèle de la fugue musicale, l’élément initial – la mort accidentelle – contient en puissance la structure de l’œuvre qui va se déployer en s’amplifiant, à l’image des cercles concentriques qui annoncent chacun des fragments. En fin typographe, Santiago Mohar Volkow crée le décor minutieux de son film dès l’ouverture. Puis, c’est sans s’encombrer de mots, dans un montage elliptique qu’il trouve la mélodie de cet essai sur le deuil, dans un jeu de miroirs et de fragments. De ce drame à peine esquissé naissent des rencontres : celle d’un homme et d’une jeune femme aux funérailles de l’enfant ; de la musique – celle du film que l’on voit composée dans l’intimité d’un studio ; des images. Portraitiste,
Santiago Mohar Volkow fixe en 35 mm une sublime collection de visages endeuillés, parmi lesquels cette jeune femme au carré brun qui, entre deux regards lancés vers celui qui deviendra son amant, offre à la caméra un regard d’une rare beauté. Au beau milieu de cette variation, viennent s’immiscer des images d’archives de familles posant devant des cadavres d’enfants, suivie d’une séquence documentaire au crématorium qui vient trouer la fiction et ramener la mort à ses rituels connus. Le feu, leitmotiv du film, resurgit par vagues – au détour d’une scène d’amour, par le crépitement d’une cigarette – et se fait image de la transition. Des phares viennent percer l’obscurité de la nuit, un cortège de vélos donne son mouvement final à la fugue. Lumbre : ou la possibilité de la vie depuis la mort. (Louise Martin-Papasian)

Fiche technique

Version originale : espagnol.
Sous-titres : anglais.
Scénario : Santiago Mohar.
Image : Flavia Martinez.
Montage : Analía Goethals.
Musique : Diego Lozano .
Son : Enrique Dominguez.
Avec : Valeria Salas , Raymundo Romero , Ignacio Beteta.
Production : Santiago Mohar (Laredo 17), Juan Sarquis Bello (Filmaciones de la Ciudad), Santiago De la Paz Nicolau (Nomadas).
Filmographie : Sisifos, 2020. Los Muertos, 2015.

ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR

Réalisateur

Santiago Mohar Volkow

Festival

Synopsis

Juliette Dominati Une femme d’une quarantaine d’années, une jeune adulte, une petite fille : Lola, à trois étapes de sa vie. La plus âgée raconte ses souvenirs qu’incarnent les deux...

En savoir +
EP - Les Sentiers Expanded 2022
Synopsis

Tetsuichiro Tsuta Quelque part au Japon, deux hommes vivent dans une maison new age, à travers les vitres de laquelle les reflets et ondulations de la pluie se dessinent en noir et blanc sur les...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Claire Doyon Après un long-métrage consacré à sa fille autiste mutique (Pénélope mon amour, FID 2021), Claire Doyon cherche auprès d’une amie autiste Asperger des réponses à certaines de...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

« Obsada » signifie en polonais « équipe de tournage », mais peut aussi signifier « groupe de travail ». L’équipe dont il s’agit ici est double. Celle du film d’abord, devant et...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Liv Schulman aime travailler avec des figures qui seraient ses doubles. Après celle de l’enquêteur de sa série policière métaphysique Control, voici un nouvel avatar de l’artiste....

En savoir +
Sélection officielle 2022