Festival 2021
Declan Clarke

SATURN AND BEYOND

Irlande / 2021 / 60’
Première Mondiale

Le départ frappe par son austérité : allures de documentaire éducatif fait d’images fixes, diagrammes et photographies, au son d’une voix off à la tonalité didactique, le tout dédié à l’invention de l’électricité et aux débuts de la communication à distance. Mais si la rigueur d’un tel début est trompeuse, c’est qu’elle sert d’assise puis de rampe de lancement vers bien d’autres dimensions. On se souvient peut-être des singuliers et si beaux We are not like them (FID 2013) et Wreckage in May (FID 2016), les deux derniers volets de ce que Declan Clarke avait baptisé sa « Geist Trilogie ». Il s’agissait sous la forme de films noirs, quasi mutiques, de mener enquête sur l’Histoire moderne, utopies urbanistiques modernistes, d’une part, Commune de Paris, de l’autre. Ici à nouveau, c’est « le progrès » et la troupe bousculée de ses fantômes qui peuplent le film. À une nuance près, et de taille : c’est en livrant cette fois une part autobiographique, celle soumise à la passion paternelle, que Declan Clarke fait avancer son film, construit malicieusement en quatre chapitres et un interlude. De sa petite enfance aux vacances dictées par les pèlerinages du père jusqu’à la fermeture du musée fondé par ce même père (Irish Museum of Broadcasting, le Musée Irlandais de la Transmission), puis le récit de son effondrement psychique, voilà un trajet inhabituel pour évoquer la science. Trajet qui inclut, tresse d’une bouleversante beauté, une réflexion sur la croissance exponentielle de l’Alzheimer dans nos sociétés, d’un côté ; une méditation sur l’histoire de la célèbre sonde Cassini dédiée à Saturne, de l’autre. Voilà l’immense, si audacieux et si rare, enjeu de ce pari : faire coïncider la ténacité d’un individu et l’immensité cosmique – seule à sa mesure. Le sérieux, on l’aura compris, était imposé par l’élégie, mais aussi par la volonté de faire d’un film une ode à la fabrique humaine d’outils neufs, aux passions de transmettre, au maintien des utopies du dialogue, au refus d’oublier, à son père et à l’univers tout entier.

(Jean-Pierre Rehm)

Fiche technique

Version originale : anglais.
Sous-titres : français.
Scénario : Declan Clarke.
Image : Andreas Bunte, Jaro Waldeck, Declan Clarke.
Montage : Declan Clarke. Son : Adam Asnan, Jamie Lemoine.
Avec : Declan Clarke, Paddy Clarke.
Production : Declan Clarke.
Filmographie : The Hopeless End of a Great Dream, 2016. Wreckage in May, 2015. The Most Cruel of All Goddesses, 2015. Group Portrait with Explosives, 2014. We Are Not Like Them, 2013. Cologne Overnight, 2010.

 

ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR

Réalisateur

Declan Clarke

Festival

Synopsis

Juliette Dominati Une femme d’une quarantaine d’années, une jeune adulte, une petite fille : Lola, à trois étapes de sa vie. La plus âgée raconte ses souvenirs qu’incarnent les deux...

En savoir +
EP - Les Sentiers Expanded 2022
Synopsis

Tetsuichiro Tsuta Quelque part au Japon, deux hommes vivent dans une maison new age, à travers les vitres de laquelle les reflets et ondulations de la pluie se dessinent en noir et blanc sur les...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Claire Doyon Après un long-métrage consacré à sa fille autiste mutique (Pénélope mon amour, FID 2021), Claire Doyon cherche auprès d’une amie autiste Asperger des réponses à certaines de...

En savoir +
Autres joyaux 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

« Obsada » signifie en polonais « équipe de tournage », mais peut aussi signifier « groupe de travail ». L’équipe dont il s’agit ici est double. Celle du film d’abord, devant et...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Liv Schulman aime travailler avec des figures qui seraient ses doubles. Après celle de l’enquêteur de sa série policière métaphysique Control, voici un nouvel avatar de l’artiste....

En savoir +
Sélection officielle 2022