Festival 2021
Dania Reymond-Boughenou

CONSTELLATION DE LA ROUGUIÈRE
CONSTELLATION

France / 2021 / 31’
Première Mondiale

Dania Reymond Boughenou
En ouverture, une lente approche en vue aérienne d’une zone urbaine, blocs d’immeubles sans qualité scintillant dans le calme de la nuit, à quoi succédera, vue de jour, cette même ville, comme évidée. Douceur et pas de côté, voilà le pari de Dania Reymond-Boughenou filmant la Rouguière, cité de Marseille, au-delà des clichés, loin de l’agitation et du pittoresque attendus. Il s’agit de filmer ce qui n’a pas d’image, de capter ce qui fait l’épaisseur et la chair des lieux, de transmettre l’esprit qui les irrigue. Se succèdent, entendus off, de lointains souvenirs d’habitants, comme cette femme se remémorant le choc de son arrivée d’Algérie ou cet homme relatant des bribes d’enfance. Récits qui accompagneront une lente descente, des mots, des souvenirs, vers des corps vus et entendus à hauteur humaine. Dania Reymond-Boughenou entreprend, par touches et par nappes successives, de filmer l’invisible, comme des ondes vibrantes faisant écho à la violence des récits entendus, ajointés aux grands mouvements de l’Histoire, la guerre d’Algérie, le SIDA des années 1980, ou les ravages plus récents de la drogue. Des présences vibrantes, à l’image du vent qui agite les frondaisons sur lesquelles le film s’attarde en d’hypnotiques et caressants travellings. Déjouant les genres filmiques, mêlant les temporalités, s’autorisant du fantastique, elle déjoue les codes et déplace les assignations. Et s’emploie avec un lyrisme inattendu, porté par de discrètes et mélancoliques bouffées musicales, à délier et relier les corps et les voix, à rendre palpable ce qui a eu lieu. Pour incarner un monde hanté et, comme l’indique la constellation du titre, mettre en lumière les vides et les absents dont la lumière blafarde éclaire ces lieux.
(Nicolas Feodoroff)

Fiche technique

Version originale : arabe algérien, français.
Sous-titres : anglais, français.
Scénario : Dania Reymond-Boughenou.
Image : Julien Guillery.
Montage : Dania Reymond-Boughenou.
Son : Julian Sanchez-Moreno.
Avec : Amel Hanifi, Hannil Ghilas, Youcef Guendouzi, Marie Fabre, Nader Soufi, Abdelkarim Douima, Khalida Azaom.
Production : Karina Bianchi (Cinémas du sud et Tilt), Annabelle Bouzom (Les films de l’autre cougar). Distribution : Annabelle Bouzom (Les films de l’autre cougar).
Filmographie : Les tempêtes, 2021. Le jardin d’essai, 2016. La tempête, 2016. Paysages empruntés #2, 2013. Greenland unrealised, 2012. Jeanne, 2011. Paysages empruntés #1, 2011.

ENTRETIEN AVEC LA RÉALISATRICE

Réalisatrice

Dania Reymond-Boughenou

Festival

Synopsis

Originaire de Kharkiv, le duo formé par Andriy Rachinskiy (né en 1990) et Daniil Revkovskiy (1993) a gagné depuis 2012 une reconnaissance internationale pour leur travail multi disciplinaire au...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

Critique, chercheur, et programmateur de cinéma, Stanislav Bytiutskyi (né à Kyiv en 1984) compose une œuvre fictionnelle aux textures documentaires. Pour toute sa durée ou presque, 24 voit la...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

João Pedro Rodrigues Alfredo, un roi sans couronne sur son lit de mort, est ramené à de lointains souvenirs de jeunesse et se rappelle de l'époque où il rêvait de devenir pompier. La...

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Audrey Ginestet

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Alberto Martín Menacho

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Avec Sandrine Kimberlain, Vincent Macaigne, Georgia Scalliet Fable de la rencontre, du désir, de l’amour, de l’interdit, Emmanuel Mouret, le cinéaste des sentiments amoureux, thème qui...

En savoir +
Ouverture 2022
Synopsis

Mantas Kvedaravičius « Savez-vous ce qui était le plus incroyable à Marioupol ? Contrairement à ce qu’on pouvait penser, personne ne craignait la mort. La mort était déjà là, et personne...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

Elias Parvulesco Teta Tsybulnyk Svitlana Pototska En 2017, le collectif kyivain « ruïns collective » est fondé par Elias Parvulesco, Teta Tsybulnyk et Oleg Isakov (cf. Room to Live). Trois ans...

En savoir +
Festival 2022