Sélection officielle 2020
Sofia Bohdanowicz

Point and Line to Plane

Canada, Islande, Russie, États-Unis / 2019 / Couleur / 16 mm, Stereo / 18’
Première Mondiale

« Tout phénomène peut être vécu de deux façons. Ces deux façons ne sont pas arbitrairement liées aux phénomènes – elles découlent de la nature des phénomènes, de leur propriété : Extérieur – Intérieur » ainsi s’ouvre Point and line to plane, reprenant l’incipit énigmatique de l’essai théorique éponyme de Wassily Kandinsky (1926). Pour Sofia Bohdanowicz, jeune cinéaste prolixe et largement remarquée (cf. ici son MS Slavic 7, et son projet au FIDLab), ce seront les espaces où se mêlent l’art comme expérience intérieure et l’épreuve de la perte – celle de Giacomo Grisanzio, ami avec qui elle partageait une passion pour le peintre russe. Usant du détour de la fiction, la cinéaste nous dépeint son cheminement, sous les traits de Deragh Campbell, actrice de ses derniers films et déjà son alter ego pour MS Slavic 7. Figure mutique à l’écran alors que sa voix, à la douceur mélancolique, en formera l’unique commentaire sous la forme d’un journal intime nous guidant dans un parcours aux bords de la dépression. De proche en proche, dans un monde comme évidé filmé en 16mm, cela nous conduira du Canada à l’Ermitage à Saint Petersbourg, en passant par le musée Guggenheim de New-York. Avec, au cœur du film, la mise en pleine lumière de l’oeuvre longtemps restée inconnue de Hilma af Klint, pionnière de l’abstraction – pour elle affaire spirituelle et sensible – et de discrets fils tissés entre les deux peintres. Ainsi avance-t-on, pas à pas, dans les méandres de réminiscences, des occasions offertes et des associations qu’elle nous suggère, là écoutant Mozart, ici munie de sa Bolex. Le film déplie dès lors une ode aux puissances vitales des images de la peinture si mal nommée abstraite, celle du cinéma, matières organiques que Sofia Bohdanowicz ramasse en un film dense et lancinant. Une histoire d’articulation et de jonction du dedans et du dehors, et aussi un acte de foi envers le cinéma et l’art comme remèdes. Et le film comme pour faire advenir et accueillir, à l’instar du plan du titre, une ligne à partir d’autant de points épars, à l’image de celles dessinées par Kandinsky s’affichant en ouverture. Une ligne dessinant une trajectoire menant à la possibilité de voir, à nouveau, comme le suggère le finale. (N.F.)

Fiche technique

Version originale : anglais.
Sous-titres : français.
Scénario : Sofia Bohdanowicz.
Image : Sofia Bohdanowicz, Calvin Thomas.
Montage : Sofia Bohdanowicz.
Musique : Stefana Fratila.
Son : Jacquelyn Mills, Lucas Prokaziuk.
Avec : Deragh Campbell, Melanie Scheiner.
Production : Calvin Thomas.
Distribution : Sofia Bohdanowicz.

 

ENTRETIEN AVEC LA RÉALISATRICE

Réalisatrice

Sofia Bohdanowicz - Canada

Filmographie

  • Veslemøy’s Song / 2018 / 9’
  • The Soft Space / 2018 / 4’
  • Maison du bonheur / 2017 / 62’
  • A Drownful Brilliance of Wings / 2016
  • Never Eat Alone / 2016 / 67’
  • Dalsza Modlitwa / 2013 / 6’
  • Wieczór / 2013 / 19’
  • Modlitwa / 2013 / 7’

Sélection officielle

Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Des voix murmurées annoncent la mort d’une fille. Autour d’elle, des adolescentes, agenouillées la regardent, concentrées. À nouveau, elles chuchotent et répètent en chœur « light...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

On retrouve avec plaisir dans Spilliaert le goût du tissage et du mélange des genres qui nous avait ravis dans N.P (FID 2020). Lisa Spilliaert prend le prétexte d’une investigation sur ses...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

« Obsada » signifie en polonais « équipe de tournage », mais peut aussi signifier « groupe de travail ». L’équipe dont il s’agit ici est double. Celle du film d’abord, devant et...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Liv Schulman aime travailler avec des figures qui seraient ses doubles. Après celle de l’enquêteur de sa série policière métaphysique Control, voici un nouvel avatar de l’artiste....

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Poursuivant ses recherches autour des canons de l'art européen, leurs concepts, leur histoire et leurs zones d’ombres (Daphne and Thomas, FID 2019), Assaf Gruber mène la visite. Rude Witness -...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022