Sélection officielle 2019
Clemente Castor

PRÍNCIPE DE PAZ

Mexique / 2019 / Couleur / 84'
Première Internationale

Sans aucune indication de lieu ni de temps, ville et campagne alternent jusqu’à ce qu’un plan fasse apparaître leur limite, ligne parfaite tracée comme pour une schématisation du monde. Des corps adolescents bougent et se déplacent dans des blocs de durée sans perspective, espaces-temps à la fois denses et dilatés où la vie semble se répéter hors de toute chronologie, de toute intrigue. Un grand squelette est allongé dans les hautes herbes, vestige d’un rite délaissé dont un sorcier masqué serait le seul officiant. Le ciel est lourd, chargé de tension, tous les mouvements semblent légèrement ralentis par la densité de l’air, condamnés à un enfermement sans douleur ni violence. Sur le trottoir, un duo minimal, guitare/batterie, joue pour presque personne un rock lent et poisseux. Avec ce premier film envoûtant comme une cérémonie perpétuelle, Clemente Castor invente une nouvelle manière de regarder l’adolescence – on peut penser à Gus van Sant, Hou Hsiao-Hsien ou Weerasethakul, mais en-dehors de toute influence, juste pour situer le niveau d’invention, de dévoilement d’une vérité des corps et de l’énigme qui les anime. Principe de Paz instaure un niveau de réalité inédit, une perception de la vie comme initiation permanente du corps à son dehors. On dirait des limbes ou un purgatoire, une vision de genèse ou de fin des temps, héritée d’une cosmogonie oubliée. C’est triste, beau, hiératique et sans pathos, lavé de tout commentaire sociale ou psychologique. Mais c’est juste notre monde, un morceau indéfini d’Amérique centrale, aujourd’hui. C’est à quoi ça ressemble aux yeux d’un jeune cinéaste visionnaire. (C.N.)

Fiche technique

Version originale : espagnol. Sous-titres : anglais. Scénario : Clemente Castor. Image : José Luis Arriaga. Montage : Sean Von Dahn, Clemente Castor. Son : Cristian Manzutto, Álvaro Ortíz, Jorge Zubillaga. Avec : Daniel Ruíz, Mario Hernández, Aurora Chavero, David Ruíz, Gabriel Rey, Carmen Zavaleta.
Production : Salón de Belleza (Alejandra Villalba & Kim Torres), Pergoleros (Verónica Posada & Andrew Martín), Estudio de Producción (Cristian Manzutto). Distribution : Salón de Belleza (Alejandra Villalba).
Filmographie : Príncipe de Paz, 2019. Resplandece, 2017. Silencio, 2016.

Réalisateur

Clemente Castor

Sélection officielle

Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Poursuivant ses recherches autour des canons de l'art européen, leurs concepts, leur histoire et leurs zones d’ombres (Daphne and Thomas, FID 2019), Assaf Gruber mène la visite. Rude Witness -...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Des voix murmurées annoncent la mort d’une fille. Autour d’elle, des adolescentes, agenouillées la regardent, concentrées. À nouveau, elles chuchotent et répètent en chœur « light...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

On retrouve avec plaisir dans Spilliaert le goût du tissage et du mélange des genres qui nous avait ravis dans N.P (FID 2020). Lisa Spilliaert prend le prétexte d’une investigation sur ses...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

« Obsada » signifie en polonais « équipe de tournage », mais peut aussi signifier « groupe de travail ». L’équipe dont il s’agit ici est double. Celle du film d’abord, devant et...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Liv Schulman aime travailler avec des figures qui seraient ses doubles. Après celle de l’enquêteur de sa série policière métaphysique Control, voici un nouvel avatar de l’artiste....

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022