Festival 2021
Baya Medhaffar

FESTINA LENTE يا عم الشيفور
FESTINA LENTE

Tunisie, France / 2021 / 21’
Première Mondiale

Baya Medhaffar
Lier d’un même élan deux énoncés contradictoires, ça s’appelle un oxymore. Court-circuiter les évidences, bousculer la logique, progresser par bourrasque, revendiquer l’impossible, c’est la méthode qu’a choisie Baya Medhaffar et, reprenant à son compte une antique devise, elle l’affiche dès son titre : « Hâte-toi lentement ». Il y a plusieurs explications à cette vitesse déclarée en même temps que freinée. Son film est, pour l’essentiel, fait de montage, assemblage d’images issues d’autres films, ce sont donc toutes les urgences venues d’autres oeuvres qui culminent ici, mais aussi, se chevauchant, appellent à la patience d’en scruter les détails. Montage ébouriffé auquel s’ajoute la technique de surimpression qui télescope les échelles, qui associe des figures et des fonds disjoints au départ, qui noue dans un même cadre des dynamiques et des lignes de force a priori étrangères : là encore, célérité accrue de ce qui apparaît à l’écran et exigence d’une observation au microscope, comme au ralenti. Si l’on a dit là, un peu, de quoi se nourrit la pratique de l’oxymore dans Festina Lente, on n’aura encore guère éclairé la raison pour laquelle Baya Medhaffar l’aura tant souhaitée. Alors ? Une constante se dessine, dans ce chaos vif et lent : les enfants. Ou, disons, l’enfance. Laquelle ? Celle de tous ses êtres à l’image, qu’on pourrait croire appartenir à la Croisade des Enfants décrite par Schwob. Celle d’une jeune et récente révolution. Celle de la réalisatrice elle-même, actrice et musicienne, qui a incarné un fameux rôle de rockeuse rebelle (dans À peine j’ouvre les yeux de Leyla Bouzid). À la fois lièvre et tortue, c’est sans doute cela qui caractérise un âge où la contradiction ne fait pas encore loi, mais souhaite apprendre et oublier, mais se souvient et veut inventer ses propres règles.
(Jean-Pierre Rehm)

Fiche technique

Version originale : anglais, arabe, français.
Sous-titres : anglais, français.
Scénario : Baya Medhaffar.
Image : Baya Medhaffar, Med Zanina, Les soldats inconnus de Youtube.
Montage : Baya Medhaffar.
Musique : Great Fast Ships .
Son : Ismail Ben Abdelghaffar.
Production : Baya Medhaffar (JS Productions).

ENTRETIEN AVEC LA RÉALISATRICE

Réalisatrice

Baya Medhaffar

Festival

Synopsis

Originaire de Kharkiv, le duo formé par Andriy Rachinskiy (né en 1990) et Daniil Revkovskiy (1993) a gagné depuis 2012 une reconnaissance internationale pour leur travail multi disciplinaire au...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

Critique, chercheur, et programmateur de cinéma, Stanislav Bytiutskyi (né à Kyiv en 1984) compose une œuvre fictionnelle aux textures documentaires. Pour toute sa durée ou presque, 24 voit la...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

João Pedro Rodrigues Alfredo, un roi sans couronne sur son lit de mort, est ramené à de lointains souvenirs de jeunesse et se rappelle de l'époque où il rêvait de devenir pompier. La...

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Audrey Ginestet

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Alberto Martín Menacho

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Avec Sandrine Kimberlain, Vincent Macaigne, Georgia Scalliet Fable de la rencontre, du désir, de l’amour, de l’interdit, Emmanuel Mouret, le cinéaste des sentiments amoureux, thème qui...

En savoir +
Ouverture 2022
Synopsis

Mantas Kvedaravičius « Savez-vous ce qui était le plus incroyable à Marioupol ? Contrairement à ce qu’on pouvait penser, personne ne craignait la mort. La mort était déjà là, et personne...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

Elias Parvulesco Teta Tsybulnyk Svitlana Pototska En 2017, le collectif kyivain « ruïns collective » est fondé par Elias Parvulesco, Teta Tsybulnyk et Oleg Isakov (cf. Room to Live). Trois ans...

En savoir +
Festival 2022