Sélection officielle 2022
Narimane Mari

ON A EU LA JOURNÉE BONSOIR
WE HAD THE DAY BONSOIR

France / 2022 / Couleur / 61’
Première Mondiale

Geste d’amour, portrait de peintre, hymne à la vie, On a eu la journée bonsoir est tout à la fois. « C’est dans le son d’une fin que se joue la musique du vivant, dont nous sommes, tous, à notre endroit de présence, une note inventée ». Tels sont les mots de Narimane Mari pour décrire le film réalisé en hommage à son compagnon disparu, le peintre Michel Haas. Tandis que les notes d’Amor Amor de Norie Paramor résonnent sur les premières images – une eau éclairée d’une lumière crépusculaire – des noms défilent sur l’écran, ceux des êtres, morts ou vivants, inconnus ou reconnus, dont la présence et les voix peuplent ce film cosmique. Narimane Mari assemble des fragments de vie glanés au fil des ans, au cours des films, au détour des rues, et les fait danser avec les images de son complice. Au regard malicieux de Michel Haas répondent ceux de ces inconnus cueillis sur un boulevard parisien, à son corps au travail ceux des enfants de Loubia Hamra (FID 2013) se baignant dans la Méditerranée, à sa voix pleine de tendresse celle, langoureuse, d’Elvis Presley. Narimane Mari poursuit ainsi la conversation du peintre avec le monde. Elle construit un refuge où abriter ses créatures – animaux sculptés et autres personnages de papier – et les faire cohabiter avec leurs compagnons de vie, de pensée, de musique. Entre les silences, espaces de recueillement, s’immisce le souffle des mots, que portent des gestes amoureux – se remémorer des souvenirs heureux, s’appeler pour se les dire, se les raconter par messages vocaux. La réalisatrice noue ainsi un dialogue intime au-delà de la mort et vient redoubler l’opération poétique en imprimant certains de ces mots à même l’image – en sous-titres ou agencés tels des poèmes – comme les notes d’une partition musicale qui viendrait chanter la musique du vivant. Véritable chant d’amour, On a eu la journée bonsoir rend grâce à la vitalité débordante de Michel Haas, source inépuisable de vie pour Narimane Mari comme pour nous. (Louise Martin Papasian)

Fiche technique

Version originale : français, anglais
Sous-titres : français, anglais
Scénario : Narimane Mari, Michel Haas
Image : Narimane Mari, Nasser Medjkane, Antonin Boischot
Montage : Narimane Mari
Son : Narimane Mari, Antoine Morin, Benjamin Laurent
Avec : Michel Haas
Production : Narimane Mari (Centrale Électrique), Olivier Boischot (Centrale Électrique), Michel Haas (Centrale Électrique)
Distribution : Pascale Ramonda
Filmographie : Holy days, 2019
Le Fort des fous, 2017
Loubia Hamra, 2013
Prologue, 2007

Réalisatrice

Narimane Mari - France

Sélection officielle

Synopsis

Jean-Claude Rousseau

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Chun Wang Hikky Chen

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Poursuivant ses recherches autour de l’art occidental, ses concepts, son histoire et ses zones d’ombres (Daphne and Thomas, FID 2019), Assaf Gruber mène la visite. Rude Witness nous entraîne...

En savoir +
Sélection officielle 2022