Sélection officielle 2022
Émily Barbelin

POUR ÊTRE AIMÉ PAR QUI
TO BE LOVED BY WHOM

France, Belgique / 2022 / Couleur / 63’
Première Mondiale

Au sein d’une fiction dramatique qui tient dans un équilibre subtil entre réalisme social et stylisation théâtrale, Emily Barbelin dépeint, pour son premier film, la vie d’un groupe de jeunes travailleuses du sexe dans un monde réglé par les désirs des hommes qui rythment leurs nuits. Ces hommes, nous les verrons peu, figures fugaces, soit endormies, soit saisies dans de purs accès de violence. La voix off d’une femme lance une adresse à une mère lointaine, un paysage d’hiver défile par la fenêtre d’un train et accueille les expressions qui les désignent. Pour être aimé par qui, débarrassé d’une intrigue, opère une ascension vers une acmé libératrice dans un montage non linéaire qui procède par éclats (de rires, de violence, de tendresse). Pourquoi font-elles ce métier ? Mille raisons que l’on peut supposer. Le film ne cherche pas à les expliquer. La réalisatrice choisit de mettre en scène leur intimité partagée dans les à-côtés de leur métier : bains collectifs, nuits d’ivresse et échappées belles entre femmes, discussions en sweat à capuche autour d’une table, attente du chaland dans l’obscurité du bar à hôtesses… Quand elle s’attache aux regards et aux visages fatigués, elle réussit un film habité par leurs corps chorégraphiés, ni sensuels, ni érotiques. Les trois jeunes femmes se ressemblent à s’y méprendre. Elles ne sont pas sœurs mais forment un corps commun. « Une pour toutes, toutes pour une » semble nous dire Emily Barbelin. C’est dans cet écart entre la pacotille du costume et l’artificialité des espaces interlopes, qui rappellent Fassbinder, et la sensibilité à fleur de peau de leurs échanges que se loge le portrait de Pour être aimé par qui : elles, « les filles de paille », universelles, prises en étau entre leur désir de poésie et la trivialité crasse à laquelle les hommes les réduisent. (Claire Lasolle)

Fiche technique

Version originale : français, russe
Sous-titres : français
Scénario : Emily Barbelin
Image : Rui Poças, Camille Sultan
Montage : Lucas Furtado
Son : Thierry Delor

Réalisatrice

Émily Barbelin - France, Belgique

Sélection officielle

Synopsis

Jean-Claude Rousseau

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Chun Wang Hikky Chen

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Poursuivant ses recherches autour de l’art occidental, ses concepts, son histoire et ses zones d’ombres (Daphne and Thomas, FID 2019), Assaf Gruber mène la visite. Rude Witness nous entraîne...

En savoir +
Sélection officielle 2022