Sélection officielle 2020 / Festival
Régis Sauder

J’ai aimé vivre là

France / 2020 / Couleur / Numérique HD / 90’
Première Mondiale

Cergy-Pontoise, en banlieue parisienne, ville construite à partir des années 1970, voilà le théâtre du dernier opus de Régis Sauder. Si l’évocation de l’Est natif de son Retour à Forbach (2017) questionnait déjà la commune, le commun, les communautés et leurs enchevêtrements contradictoires, il se conjuguait, sur le mode autobiographique annoncé par un titre emprunté à un autre fameux Retour, à la première personne du singulier. Mais Cergy-Pontoise n’est pas Forbach, et Régis Sauder a décidé, en visiteur curieux et courtois, d’emprunter un guide, ou plutôt plusieurs. Soyons plus clairs : Annie Ernaux, écrivaine dont l’œuvre à caractère autobiographique ne compte pas sans la dimension sociologique et politique, habite Cergy-Pontoise et le revendique : « j’ai aimé vivre là ». En outre, sa vision du récit de « soi » en appelle, dans une tradition baudelairienne, à la foule des passants : ce sont les autres, écrit-elle sans équivoque, qui lui livrent « son » image : ce sont les visages, les allures, les bribes de conversation des habitants de cette ville qui sont porteurs de ses « confessions. » À cette position exemplaire s’ajuste la singularité de Cergy-Pontoise et de son histoire urbanistique : ville nouvelle dont un ancien village est le centre, urbanisme délibérément utopique (une préfecture, par exemple en forme de pyramide inversée), population aux origines mélangées, etc. Voilà du coup un film écrit au nous, et un cinéaste qui délègue avec la plus grande des attentions le cheminement de son film, qui s’égare avec appétit dans ces lieux si souvent caricaturés, qui réinvente le portrait d’écrivain, qui parvient à pointer la beauté diffractée de destinées d’ordinaire occultées. (J.-P. R.)

Fiche technique

Version originale : français.
Sous-titres : anglais.
Scénario : Régis Sauder.
Image : Tom Harari, Régis Sauder.
Montage : Agnès Bruckert.
Son : Pierre-Alain Mathieu, Montage son et mixage : Fred Bielle.
Avec : Annie Ernaux.
Production/Distribution : SHELLAC Thomas Ordonneau.

ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR

Réalisateur

Régis Sauder - France

Filmographie

  • Retour à Forbach, 2017.
  • Etre là, 2012.
  • Nous, princesses de Clèves, 2011.
  • Je t’emmène à Alger, 2009.
  • L’année prochaine à Jérusalem, 2008.
  • Avortement, une liberté fragile, 2004.

Festival

Synopsis

Originaire de Kharkiv, le duo formé par Andriy Rachinskiy (né en 1990) et Daniil Revkovskiy (1993) a gagné depuis 2012 une reconnaissance internationale pour leur travail multi disciplinaire au...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

Critique, chercheur, et programmateur de cinéma, Stanislav Bytiutskyi (né à Kyiv en 1984) compose une œuvre fictionnelle aux textures documentaires. Pour toute sa durée ou presque, 24 voit la...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

João Pedro Rodrigues Alfredo, un roi sans couronne sur son lit de mort, est ramené à de lointains souvenirs de jeunesse et se rappelle de l'époque où il rêvait de devenir pompier. La...

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Audrey Ginestet

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Alberto Martín Menacho

En savoir +
Séances Spéciales 2022
Synopsis

Avec Sandrine Kimberlain, Vincent Macaigne, Georgia Scalliet Fable de la rencontre, du désir, de l’amour, de l’interdit, Emmanuel Mouret, le cinéaste des sentiments amoureux, thème qui...

En savoir +
Ouverture 2022
Synopsis

Mantas Kvedaravičius « Savez-vous ce qui était le plus incroyable à Marioupol ? Contrairement à ce qu’on pouvait penser, personne ne craignait la mort. La mort était déjà là, et personne...

En savoir +
Festival 2022
Synopsis

Elias Parvulesco Teta Tsybulnyk Svitlana Pototska En 2017, le collectif kyivain « ruïns collective » est fondé par Elias Parvulesco, Teta Tsybulnyk et Oleg Isakov (cf. Room to Live). Trois ans...

En savoir +
Festival 2022