Sélection officielle 2022
Claude Schmitz

LUCIE PERD SON CHEVAL
LUCIE LOSES HER HORSE

France, Belgique / 2021 / Couleur / 82’
Première Française

Lucie est actrice, et mère d’une petite fille. Elle est un peu perdue dans sa vie, ou plutôt entre ses vies : celle de mère, celle d’actrice, celles aussi des personnages que son métier lui commande de devenir : « Moi demain je vais partir avec mon épée ». Le soir elle s’endort et la voici cavalière en armure, chevauchant sur le causse. À la première sieste, elle perd son cheval. Réduite à errer dans des paysages trop grands, elle rencontre deux compagnes d’infortune qui, elles aussi, ont égaré leur monture. Privées d’aventure, les actrices oublient leurs personnages et parlent de la vie. Une sieste plus tard et les voilà toutes trois endormies sur le plateau d’un théâtre à l’arrêt. Les filles du roi Lear s’ennuient et flirtent dans les coulisses d’une production en panne. Ainsi progresse le récit : de sommeil en sommeil, de personne en personnage, entre des mondes qui, leur cours ordinaire suspendu, livrent leurs habitants au désœuvrement. Dans la lumière naturelle ou sous les projecteurs multicolores, Claude Schmitz profite de cette relâche des intrigues pour bricoler des scènes qui font le grand écart entre trivialité et merveilleux, sautent sans effort du badinage le plus quotidien à l’enchantement d’un spectacle toujours possible. « Tu veux que j’te dise ? Le théâtre, c’est de la merde, faut juste être là. », répète le metteur en scène. C’est son problème à Lucie : elle a du mal à être là. Parce que sa fille lui manque quand elle fait l’actrice, parce que son cheval lui manque quand elle doit faire la cavalière. Claude Schmitz, lui, depuis Braquer Poitiers (FID 2018), ne filme presque que ça : des manières d’être-là, la beauté et la grâce de ses comédiens, de leur présence dans les vacances du récit. C’est l’avantage du désœuvrement : ça laisse le temps de vivre sa vie, de redevenir soi dans les habits de l’autre. Comment être là, entre soi et l’autre ? Sous son allure de joyeuse comédie, c’est la vieille, vertigineuse question de l’acteur, de sa vie singulière, que rejoue sans gravité ce grand film de funambule moraliste.
(Cyril Neyrat)Claude Schmitz

Fiche technique

Version originale : français
Sous-titres : anglais
Scénario : Claude Schmitz
Image : Florian Berutti
Montage : Marie Beaune, Jeanne Plassier
Musique : Maxime Bodson
Son : Harry Charlier, Audrey Lardière

Avec : Lucie Debay, Hélène Bressiant, Judith Wiliquet

Production : Annabelle Bouzom (Les Films de l’Autre Cougar), Serge Rangoni (Le Théâtre de Liège).

Filmographie :
Braquer Poitiers, 2019
Rien sauf l’été, 2017
Le Mali (en Afrique), 2016.

ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR

Réalisateur

Claude Schmitz - France, Belgique

Sélection officielle

Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Poursuivant ses recherches autour des canons de l'art européen, leurs concepts, leur histoire et leurs zones d’ombres (Daphne and Thomas, FID 2019), Assaf Gruber mène la visite. Rude Witness -...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Des voix murmurées annoncent la mort d’une fille. Autour d’elle, des adolescentes, agenouillées la regardent, concentrées. À nouveau, elles chuchotent et répètent en chœur « light...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

On retrouve avec plaisir dans Spilliaert le goût du tissage et du mélange des genres qui nous avait ravis dans N.P (FID 2020). Lisa Spilliaert prend le prétexte d’une investigation sur ses...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

« Obsada » signifie en polonais « équipe de tournage », mais peut aussi signifier « groupe de travail ». L’équipe dont il s’agit ici est double. Celle du film d’abord, devant et...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Liv Schulman aime travailler avec des figures qui seraient ses doubles. Après celle de l’enquêteur de sa série policière métaphysique Control, voici un nouvel avatar de l’artiste....

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022