FIDLab

Late Autumn

Dan Sallitt

États-Unis

Genre : Fiction
Durée : 90’
État d’avancement : Développement
Budget : 470 500 €
Budget acquis : 140 000 €
Pays de tournage : États-Unis – Caraïbes

A 67 ans, John Wilson guérit mystérieusement d’un cancer supposément mortel. Ce qui semble relever du miracle le plonge dans un état de contemplation inédit. Après avoir accepté la fin de son mariage et refusé de reprendre l’entreprise qu’il possédait, John décide de s’inscrire en médecine, malgré son âge avancé. Essuyant de nombreux refus, il est finalement accepté dans une école des Caraïbes. Des années plus tard, alors qu’il travaille dans un hôpital en sous-effectif de Brooklyn, il est sidéré de traiter un soixantenaire stoïque atteint du même cancer auquel il a lui-même survécu. Il sort alors de l’apathie qui l’a toujours caractérisé, et se dévoue pour combattre la maladie de cet homme.

Note d'intention

Dans ma carrière de cinéaste, j’ai toujours été contraint par des petits budgets. Fort heureusement, j’aime les sujets intimistes, centrés sur les protagonistes qui se prêtent à ce genre de conditions financières. En règle générale, je n’ai pas de problème à éviter les concepts qui parfois nécessitent plus d’argent, préférant m’intéresser à ceux que je sais pouvoir réaliser à moindre coût. Late Autumn est l’exception qui confirme la règle. C’est la seule idée que je savais trop chère pour être auto-produite et que j’étais incapable d’abandonner.
Late Autumn est un film sur la mort dans lequel personne ne meurt. Le personnage principal est un homme indifférent qui est forcé de se consacrer aux autres en raison de l’expérience personnelle qu’il fait dans les premières scènes du film. Pour la première fois de sa vie, il redécouvre avec le regard d’un enfant la vie traversée de choses simples. Il accepte sereinement d’abandonner tout ce qui faisait partie de sa vie d’avant. Il semble vouloir adopter un nouveau mode de vie, sans savoir lequel. Il finit par choisir un chemin qui semble plus long que les années qui lui restent à vivre, non pas pour satisfaire sa recherche inachevée de sens, mais parce qu’il est incapable de penser à autre chose. Ce n’est que dans les dernières minutes du film qu’il trouvera une cause dans laquelle s’engager, se réinsérant ainsi dans le cycle de la vie.

Cinéaste

Dan Sallitt

Filmographie

• Caterina | 2019 | 17’
• Fourteen | 2019 | 94’
• The Unspeakable Act | 2012 | 91’
• All the Ships at Sea | 2004 | 64’
• Honeymoon | 1998 | 90’
• Polly Perverse Strikes Again! | 1986 | 98’

Production

Production : Ravenser Odd (États-Unis)
Producteur : Graham Swon

Filmographie sélective

Stéphanie Roland

Chloé Galibert-Laîné

Paula Rodríguez Polanco

Riar Rizaldi

Advik Beni & Nehal Vyas

Leonardo Mouramateus

Katsuya Tomita

Ra Di Martino