Sélection officielle 2022
Anton Balekdjian, Léo Couture, Mattéo Eustachon

MOURIR À IBIZA (UN FILM EN TROIS ÉTÉS)
DYING IN IBIZA

France / 2022 / Couleur / 110’
Première Mondiale

À la fin du mois d’août, Léna, 25 ans, débarque à Arles pour rejoindre Marius, un amour de vacances passées. Celui-ci tarde à se montrer. En l’attendant, elle rencontre Maurice, boulanger saisonnier, qui la présente à son ami Ali, sympathique gladiateur occasionnel. Marius finira par arriver et tous les quatre, liés par le hasard de la rencontre et une complicité spontanée, se retrouveront les deux étés suivants, à Étretat puis à Ibiza. Avec désinvolture et légèreté, le film distille la magie des étés prolongés, dans un tableau solaire, aux couleurs vives et chatoyantes, qui dépeint le charme des amours vagabondes. Les réalisateurs jouent des motifs d’un cinéma français issu de la Nouvelle Vague qui s’amuse à restituer les variations du badinage amoureux. Les conversations, interprétées par ce quatuor d’acteurs plein d’allégresse, révèlent une jeunesse prise entre petites et grandes préoccupations – avoir des enfants ? Partir en mer ? Suivre l’amour ? Seule Léna, qui navigue entre les trois garçons, semble savoir ce qu’elle veut et où elle va. Dans le sillage de Jacques Rozier, Mourir à Ibiza sent l’air marin et les embruns salés. La mer, filmée dans sa plus belle gamme de bleus, de la Manche à la Méditerranée, est omniprésente, terrain d’escapade, espace de conquête et promesse de départ. Si le film s’en remet principalement aux bavardages et à la verve authentiques de ses personnages, la parole laisse progressivement place à la chanson. Le trio de réalisateurs n’a pas froid aux yeux et va jusqu’à se saisir des ressorts de la comédie musicale pour substituer aux mots les refrains qui viennent si bien raconter les émotions propres au voyage. Comme Léna appuyée à la rambarde de ce ferry « qui n’en finit plus de ne plus revenir », c’est avec émotion et délectation que l’on découvre cette œuvre naissante qui regarde l’horizon. (Louise Martin Papasian)Anton Balekdjian Léo Couture Mattéo Eustachon

Fiche technique

Version originale : français, espagnol
Sous-titres : français
Scénario : Anton Balekdjian, Léo Couture, Mattéo Eustachon
Image : Mattéo Eustachon
Montage : Juliette Alexandre
Son : Léo Couture.
Avec : Lucile Balézeaux, César Simonot, Mathis Sonzogni, Alex Caironi

Production : Antoine Salomé, Joséphine Mourlaque (Mabel Films).

Filmographie : Anton Balekdjian : Les Vilains Petits Canards, 2020.

Réalisateurs

Anton Balekdjian - France
Léo Couture - France
Mattéo Eustachon - France

Sélection officielle

Synopsis

Jean-Claude Rousseau

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Chun Wang Hikky Chen

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Poursuivant ses recherches autour de l’art occidental, ses concepts, son histoire et ses zones d’ombres (Daphne and Thomas, FID 2019), Assaf Gruber mène la visite. Rude Witness nous entraîne...

En savoir +
Sélection officielle 2022