Index
  • Compétition GNCR  
  • Séances Spéciales

La casa lobo

Cristòbal Leòn

Dans une vallée andine d’apparence paradisiaque, une colonie agricole abrite des immigrés allemands et leurs descendants. Malicieusement présenté comme un film d’archives vantant les mérites de la « colonia Dignidad », La Casa Lobo se révèle vite être un conte dévoyé et érangeant, qui se nourrit d’une matière familière de récits enfantins – du Petit chaperon rouge aux Trois petits cochons, pour mieux recracher la noirceur des événements qu’il relate. La maison dont il est question est celle où se réfugie Maria, échappée de la colonie. Le loup, c’est Paul Schaeffer, ancien SS installé au Chili, pédophile notoire, tortionnaire zélé au service de Pinochet, et commandant de la colonie. Dans un espace sans cesse transfiguré par une technique d’animation perfectionnée au fil des installations dans plusieurs lieux d’art à travers le monde, Cristóbal León et Joaqín Cociña donnent à l’histoire de Maria un caractère cauchemardesque et universel. Les déplacements et transformations propres aux contes deviennent la règle qui anime l’image elle-même. Le loup est un porc. Les cochons, des enfants. Et Maria, un objet. Dans un mouvement foisonnant dont émergent quelques motifs récurrents – la porte, le lit, les rôles s’inversent et se redistribuent sans cesse. Le Mal est protéiforme et surgit là où l’on ne l’attend pas, selon une logique qui appartient autant au rêve qu’à la thérapie par l’art et son principe de libre association. C’est la force de ce film profondément expressionniste sur lequel chacun projettera ses propres émotions. (CG)

  • Compétition GNCR  
  • Séances Spéciales

Fiche technique

Chili / 2018 / Couleur / Mixed Media, Dolby Digital / 74 min

Version originale : espagnol, allemand.
Sous-titres : anglais, espagnol, français.
Scénario : Joaquín Cociña, Cristóbal León, Alejandra Moffat.
Image : Joaquín Cociña, Cristóbal León.
Montage : Joaquín Cociña, Cristóbal León.
Son : Claudio Vargas.
Avec : Amalia Kassai.
Production : Diluvio (Niles Atallah).