Sélection officielle 2018
Eric Baudelaire

Walked the way home

France / 2018 / Couleur / HD, Stéréo / 27’
Première Mondiale

Posons. 1. Tous, chacun, filmons, sommes filmés, surveillés, regardés via nos téléphones. 2. Depuis les années 1980 et la série d’attentats, les patrouilles militaires du Plan Vigie Pirate se sont installées dans le paysage parisien, puis ailleurs, pour y être à demeure depuis 2015. Filmant au jour le jour, au fil de ses déplacements autour de son atelier parisien, prolongeant l’expérience lors de son séjour à Rome, par un moyen simple et accessible, son téléphone, Eric Baudelaire en produit l’accumulation doucereuse, initiée et inspirée par le titre d’une chanson d’Alvin Curran : Walked the Way Home. Mais d’un chemin l’autre, de quoi retourne-t-il ? Walked the Way Home, ce titre indique le quotidien, la répétition ordinaire, tous les jours, partout, tout le temps. Et cette insistance à montrer les signes de cette présence qui tend à se fondre dans le paysage, défait l’invisibilité comme effet de notre désormais indifférence à ce qui appartient de fait, et d’abord, au champ de bataille. Eric Baudelaire en remplit notre horizon. Geste qui souligne une politique par le détail. D’un sol taché à l’idée factice d’une plage, le parcours proposé par Eric Baudelaire, d’uniformes en uniformes, dans une ville presque générique (Rome, Paris, ou ailleurs) a la fausse douceur que revêtent certains cauchemars aux accents lynchiens. Mouvement chaloupé de l’appareil tenu à la main, verticalité du cadre rappelant autant les usages de tout un chacun s’éloignant des codes convenus du cinéma que la meurtrière de la surveillance. Une sorte d’état d’exception soft, que souligne le montage fluide, la marche dansante et le ralenti. Voici un bien inquiétant retour à la maison, déployant sa chorégraphie dans un espace quadrillé, étouffant à force d’élasticité, celui d’un quotidien à la violence sourde, ce que renforcent les tonalités mélancoliques d’Alvin Curran. (NF)

Fiche technique

Version originale : Sans dialogue.
Image : Eric Baudelaire.
Montage : Claire Atherton. Son : Alvin Curran.
Production : Poulet-Malassis (Eric Baudelaire).
Distribution : Lux
Filmographie : Also Known As Jihadi, 2017. Letters to Max, 2014. The Ugly One, 2013. The Anabasis of May and Fusako Shigenobu, Masao Adachi and 27 Years without Images, 2011.

Réalisateur

Eric Baudelaire

Filmographie

  • Letters to max, 2014
  • The ugly one, 2013
  • The anabasis of may and fusako shigenobu, masao adachi and 27 years without images, 2011
  • The makes, 2010
  • [sic], 2009
  • Sugar water, 2007

Sélection officielle

Synopsis

À vendredi, Robinson organise la rencontre de deux figures majeures du cinéma, que la distance de l’Angleterre à la Suisse n’autorise pas mais à laquelle le montage donne lieu. Mitra...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Les œuvres de Minia Biabiany (films, installations, sculptures) s’ancrent dans son expérience de femme guadeloupéenne. Elle revendique un travail situé. Ici ce sont des histoires...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

« Obsada » signifie en polonais « équipe de tournage », mais peut aussi signifier « groupe de travail ». L’équipe dont il s’agit ici est double. Celle du film d’abord, devant et...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Liv Schulman aime travailler avec des figures qui seraient ses doubles. Après celle de l’enquêteur de sa série policière métaphysique Control, voici un nouvel avatar de l’artiste....

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

A General Disapointment propose en trois chapitres une méditation existentielle à partir d’un texte conjugué à une suite de longs plans fixes. Ceux-ci mettent en scène le réalisateur...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Poursuivant ses recherches autour des canons de l'art européen, leurs concepts, leur histoire et leurs zones d’ombres (Daphne and Thomas, FID 2019), Assaf Gruber mène la visite. Rude Witness -...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

La vie des hommes infâmes est un projet de livre qui ne vit jamais le jour mais pour lequel Michel Foucault écrivit une préface. Il s’agissait pour lui de rassembler les traces écrites de...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Des voix murmurées annoncent la mort d’une fille. Autour d’elle, des adolescentes, agenouillées la regardent, concentrées. À nouveau, elles chuchotent et répètent en chœur « light...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

On retrouve avec plaisir dans Spilliaert le goût du tissage et du mélange des genres qui nous avait ravis dans N.P (FID 2020). Lisa Spilliaert prend le prétexte d’une investigation sur ses...

En savoir +
Sélection officielle 2022
Synopsis

Danielle Arbid travaille au cœur des sentiments, d’un film à l’autre, le tout dernier Passion simple (2021) d’après Annie Ernaux en étant la quintessence. Moins connu est un travail plus...

En savoir +
Sélection officielle 2022