ARTE poursuit sa collaboration avec le FIDMarseille en proposant des rendez-vous qui affirment la volonté de la chaine européenne d’être auprès du public, un véritable acteur culturel.

Cette année, Arte et le FIDMarseille proposent un Atelier Hors Champ en collaboration avec le FRAC PACA.

Il y a onze ans désormais, le FIDMarseille a décidé, à l’initiative de Fabienne Moris, de se doter d’une plateforme d’incitation à la coproduction : le FIDLab. Tout autre qu’un marché, différent d’un fonds, distinct d’un temps d’information ou d’une proposition de formation, le pari que représente FIDLab est le suivant : sélectionner un nombre choisi de projets de films (un peu plus d’une dizaine sont retenus sur environ 350 candidatures émanant de la planète) et faire rencontrer leurs porteurs (réalisateurs, producteurs) avec des partenaires internationaux potentiels. L’objectif est, d’une part, de mettre ces projets en lumière, et d’autre part, et principalement, de contribuer activement à leur finalisation.
Qu’il s’agisse de cinéastes confirmés (comme Wang Bing, par exemple, mais dont l’économie de production demeure, en dépit de sa renommée, extrêmement précaire) ou d’artistes en début de carrière (comme Clément Cogitore, aujourd’hui lauréat du Prix Marcel Duchamp et nominé aux Césars, entre autres distinctions, mais qui, retenu à la première édition du FIDLab, sortait alors tout juste de ses études), le FIDLab revendique à la fois un travail de défrichage de jeunes talents et la volonté ferme de soutien de projets dont la pertinence nous aura frappé. Deux caractéristiques signent délibérément l’orientation du FIDLab. L’une concerne la modestie des budgets : nous sommes convaincus que de grands films sont possibles sans déploiement financier pharaonique.

L’autre est le refus de distinguer entre œuvres de cinéma et œuvres d’art : les pratiques contemporaines ont fait la preuve depuis
de nombreuses années déjà que de telles distinctions ne signalaient que des cécités dont il importait de pointer l’inanité.

Comme il y va ici de paris, puisque les films sont en gestation, et quelquefois même à peine embryonnaires, les fruits sont, par force, imprévisibles. Pour autant le FIDLab se réjouit de compter une proportion, très rarement atteinte parmi des aventures comparables, de films aboutis et qui, en outre, se trouvent, une fois conclus, sélectionnés et primés dans les grandes manifestations internationales (Cannes, Locarno, Venise, Berlin, etc.) sans oublier le FID lui-même qui est très heureux de compter chaque année dans ses compétitions d’anciens projets FIDLab : ainsi, par exemple, Secunda Vez de l’artiste espagnole Dora Garcia, projet FIDLab 2015 qui, après avoir été Grand Prix de la compétition Internationale en première mondiale au FID 2018, a été présenté au fameux musée Reina Sofia à Madrid en même temps qu’il a été sélectionné dans près d’une cinquantaine de festivals dans le monde entier sans avoir terminer aujourd’hui sa course.
Le projet de Jean-Marc Chapoulie et Nathalie Quitane, intitulé initialement Re : Re Méditerranée, en clin d’œil au fameux Méditerranée de Jean-Daniel Polet, a été sélectionné au FIDLab2017.

Accompagné par la société de production marseillaise Baldanders Films (Elsa Minisini et Elisabeth Pawlowski), ce projet achevé deux ans plus tard voit le jour sous le nouveau titre La mer du milieu, et figure en Compétition Française de cette édition du FID.
Lors des rendez-vous individuels organisés par le FIDLab, et qui suivent leur présentation par les porteurs de projet, Pascal Neveux a découvert ce projet et l’a soumis à la commission d’acquisitions des œuvres du FRAC PACA. De la même manière, Rasha Salti, directrice de La Lucarne Arte France, séduite par cette manière singulière, à la fois grave
et joueuse, d’aborder la question du paysage méditerranéen, paysage physique et politique, a décidé d’entrer en coproduction de telle sorte que le film a pu se fabriquer au mieux. Nous ne pouvons que de nous réjouir à travers cet exemple précis, lié en outre d’évidence à Marseille, de la conjonction bienvenue de nos centres d’intérêts, entre le FRAC et le FID, entre l’art contemporain et le cinéma d’aujourd’hui. Cette complicité sera mise en lumière à l’occasion de l’Atelier Hors Champ d’Arte à l’initiative de La Lucarne. En effet, la version performée de La mer du Milieu souligne la complémentarité des regards et des actions entre le FID et le FRAC.

Jean-Pierre Rehm

Jeudi 11 juillet / 17:00 / FRAC

ATELIER HORS-CHAMP - REPÉRAGE EN MÉDITERRANÉE

Une performance live autour de La Mer du milieu, un film de Jean-Marc Chapoulie avec la collaboration de Nathalie Quintane pour La Lucarne d’ARTE.

« Mon atelier est mon bureau, une table qui soupèse mon ordinateur, approximativement 300 heures de rushs d’images de caméras de surveillances qui filment la Méditerranée, en direct. Mes gestes se limitent à manier la souris, d’une paume, d’un doigt. Je ne façonne rien encore, j’enregistre toujours l’écran de mon ordinateur en direct, un opérateur Lumière d’aujourd’hui qui observe des poissons rouges déformés par la vitre du bocal de l’aquarium. Ce bocal est un verre grossissant devant lequel le spectateur pourra lire en lui-même. Le tournage du film La Mer du milieu devant mon écran d’ordinateur pendant un an et demi fut aussi les repérages du film. Je note, je remplis mon journal de voyage, je fais le script, j’écoute de la musique en fond sonore, je lis, je dors, j’observe en me disant qu’il ne faudra pas oublier ce que j’ai vu, le noter dans le carnet, j’oublie ça me revient, il faut que j’en parle pour que ça subsiste, cela devient plus précis, la figure des oiseaux, des bateaux, des valises à roulettes, qui traversent de part en part le cadre de l’image, comme un champ de bataille, du tourisme, du commerce, etc. La vie quotidienne d’un opérateur d’internet est celle d’un piéton 2.0. »

Jean-Marc Chapoulie

Comme une correspondance épistolaire vidéo, avec un mix en direct de rushs inédits du film, ATELIER HORS-CHAMP, rendez-vous initié par ARTE autour des écritures de La Lucarne proposera en partenariat avec le FIDMarseille et le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur de découvrir avec le public, les cheminements possibles autour d’un film.

Suivi d’un cocktail sur la terrasse du FRAC.