Hommage à Sharon Lockhart

Écrans parallèles

L’image, fixe d’un côté : la photographie (qu’elle a d’abord apprise dans une école technique dédiée à ce medium) ; l’image animée, de l’autre : le cinéma (dont elle a découvert plus tard les possibles puissances singulières en école d’art avec les films de Warhol, Hollis Frampton,…). Les gestes et les formes du labeur, d’une part ; les entêtements, énigmatiques et gracieux de la jeunesse, de l’autre. Ainsi pourrait-on penser distinguer deux accents dans le travail de Sharon Lockhart, ainsi pourrait-on penser souligner la division entre deux pôles d’apparences opposées. Et il est vrai qu’elle a élaboré, avec patience, avec le souci flagrant d’une très grande discrétion (presque un murmure, un babillage plutôt), une œuvre préoccupée à laisser venir au jour des puissances tenues d’ordinaire pour quantité négligeable. Sans jamais, point décisif, que ces mêmes puissances soient érigées en contre- modèle, sans que ces menues fêtes, fragile festival d’accidents, soient même explicitées. Débroussailler les motifs de sa contemplation de tout ce qui pourrait les enfermer, les identifier, ressembler à du commentaire, du surplomb : voilà, semblerait-il, sa mission. Mission de sauvetage, comme la nommait Walter Benjamin, mais sans autre abri au final que ces cadres, fixes et mobiles, dénués de certitude. (J.P.R.)

Photographe et cinéaste américaine

Après des études à l’Art Center College of Design de Pasadena puis à l’Art Institute de San Francisco, la plupart des films de Sharon Lockhart sont faits de plans fixes et de dispositifs de contraintes liées au medium photographique, mais aussi de jeux entre le cadre et son hors-champ. L’ensemble de son travail est marqué par la suspension, de quasi-immobilité des acteurs, personnages pris dans leur propre environnement, dans leur routine. Entre imagerie documentaire et esthétisation du réel, l’artiste introduit des éléments de chorégraphies, des gestuelles répétitives exécutées par des sujets prenant part à la fabrique du film. Elle outrepasse alors les notions de rôle, de personnage, et crée une zone de partage entre la spontanéité́ des actes et des situations véritablement « mises en scène ». Elle représentait le Pavillon Polonais à la dernière Biennale de Venise.

Les films seront présentés par David Schwartz.

David Schwartz est programmateur au Museum of the Moving Image (New York), où il travaille depuis 1985. Il dirige la vaste programmation de films du Musée et il présente régulièrement les Moving Image Dialogues, séries d’échanges du Musée avec les créateurs clés du cinéma et de la télévision. Schwartz a été récompensé d’un Film Heritage Award de la National Society of Film Critics pour avoir organisé la première rétrospective complète Jacques Rivette aux États-Unis. Il est professeur d’histoire du cinéma au Purchase College et à l’Université de New York et il est l’invité de plusieurs cinéclubs : le Westchester Cinema Club, le Emelin Theatre Film Club et le Cinema Arts Centre Preview Club. Il a été le Directeur de la Programmation du Festival International du Film de Hamptons et du First Time Fest.

Synopsis

Poursuivant son exploration attentive et précise des espaces et des gestes du travail (voir dans ce programme Nō et Exit), la double marée du titre sera celle d'une ramasseuse de palourdes, dans...

En savoir +
EP - Hommage à Sharon Lockhart 2019
10.07.2019 - 21:00
Variétés 1
12.07.2019 - 13:15
Vidéodrome 2
Synopsis

Voici à nouveau le travail, sa gestuelle et ses significations insoupçonnées.
On se souvient de Lunchbreak (FID 2009), long travelling captant au ralenti les moindres attitudes lors de la pause...

En savoir +
EP - Hommage à Sharon Lockhart 2019
11.07.2019 - 10:00
La Baleine
15.07.2019 - 12:45
Théâtre de l’Œuvre
Synopsis

Tourné dans un gymnase, dans une école de banlieue au Japon, Goshogaoka a pour sujet apparent les exercices d’échauffement et d’entraînement d’une équipe féminine de basket-ball. Le film...

En savoir +
EP - Hommage à Sharon Lockhart 2019
10.07.2019 - 10:00
Théâtre de l’Œuvre
14.07.2019 - 22:00
Théâtre de l’Œuvre
Synopsis

Khalil, Shaun, A Woman Under the Influence est un film de 16 minutes divisé en trois parties. Les deux premières empruntent la forme de tests de maquillage, une pratique courante dans la...

En savoir +
EP - Hommage à Sharon Lockhart 2019
10.07.2019 - 10:00
Théâtre de l’Œuvre
14.07.2019 - 22:00
Théâtre de l’Œuvre
Synopsis

On connait l’attrait de Sharon Lockhart pour la matière des paysages, approchée de diverses façons, notamment dans Double Tide ou Pine Flat. Voilà dessiné ici, en seul trait, le ballet...

En savoir +
EP - Hommage à Sharon Lockhart 2019
12.07.2019 - 10:00
Théâtre de l’Œuvre
Synopsis

Le terrain d’observation et d’investigation est ici Pine Flat, cœur rural de la Sierra Nevada. En une série de douze tableaux, soit autant de plans soigneusement composés, agrémentée d’un...

En savoir +
EP - Hommage à Sharon Lockhart 2019
14.07.2019 - 12:45
Théâtre de l’Œuvre
15.07.2019 - 14:15
Théâtre de l’Œuvre
Synopsis

Comme souvent chez Sharon Lockhart, il s'agit d'éprouver un cadre. Ici ce seront les cours de Łódź, en Pologne. Les protagonistes en seront à nouveau des enfants. En six saynètes captées dans...

En savoir +
EP - Hommage à Sharon Lockhart 2019
11.07.2019 - 10:00
La Baleine
15.07.2019 - 12:45
Théâtre de l’Œuvre
Synopsis

Le Teatro Amazonas, à Manaus, Brésil, est un Opéra bâti à la fin du 19e siècle en plein cœur de l’Amazonie. De ce projet colonial excentrique, Sharon Lockhart tire une performance liée à...

En savoir +
EP - Hommage à Sharon Lockhart 2019
10.07.2019 - 12:30
MuCEM
14.07.2019 - 10:00
MuCEM