2010 LES JARDINIERS DU PETIT PARIS

Contenu émanant de notre ancien site

ÉCRANS PARALLÈLES / ANTHROPOFOLIES
  FIDMARSEILLE 2010
COMPETITION PREMIER    

première mondiale / premier film

     

LES JARDINIERS DU PETIT PARIS (EN LISANT TRISTES TROPIQUES DE CLAUDE LÉVI-STRAUSS)

 

Sophie Roger

 

 

FRANCE
2010
couleur
MiniDV
30’

Version originale
Français
Image
, Son & Montage
Sophie Roger

   
« Je hais les voyages et les explorateurs », ainsi Claude Lévi-Strauss prévient-il les lecteurs de ses Tristes Tropiques. Mise en garde qui fit du bruit pour un ouvrage qui revenait sur son séjour au Brésil, et developpait une réflexion sur sa première expérience d’anthropologue parmi les Bororos, Nambikwaras et Tupi-Kawahibs. Et, le fait est d’importance, rédigé en 1954-1955, quinze ans après son retour. Affaire de distance.
Comment lire ce texte aujourd’hui ? Qu’est-ce que lire au présent ? Affaire de distance. Grâce à Sophie Roger, nous voilà saufs. Pour son premier film, point d’expédition lointaine. Articuler dedans, dehors, dit et vu, voici son geste anthropologique. Où ? En France, lieu-dit « le Petit Paris », un jardin collectif est observé depuis une fenêtre qui découpe. Dehors : au fil des saisons, des jardiniers de tous âges vont et viennent, attendent, arpentent leurs sillons, s’affairent, s’amusent aussi. Dedans : voix chuchotée, déroulant le livre chapitre après chapitre dans l’enclos de la maison invisible, dont on n’entend que les bruits discrets, pas qui craquent dans un escalier, bruissement des pages feuilletées, bribes étouffées de musique.
Les mots de là-bas et d’hier résonnent avec les images d’ici et de maintenant. D’une tribu à l’autre, les mondes sont hermétiques et commun. Loin des tropiques, se construit la possibilité d’un regard émerveillé. Où il s’agit pour chacun de cultiver l’attention comme une plante, fragile, loin de cette monoculture annoncée par l’anthropologue inquiet.