Soirée VidéoFID du 23 septembre 2020

le 23 septembre à Montévidéo à 21h00

Le FID vous propose, en partenariat avec Actoral, une soirée VidéoFID à Marseille

ZAHO ZAY de Maéva Ranaïvojaona et Georg Tiller

Mention spéciale du Prix Georges de Beauregard International, Prix Renaud Victor – première mondiale – FID 2020

« Rien ne pousse ici, ni la dérision des pauvres, ni le rire gras du pouvoir ». Un texte coud l’ensemble du film, ramassé dans la puissance évocatoire des mots. Ils concentrent la poésie du révolté et la violence de l’histoire individuelle au regard de l’histoire collective. A la brutalité des destinées répond la crudité des vocables. Depuis le pont entre passé et présent, Zaho Zay traque le trauma de Madagascar comme celui de l’enfance. Berceuses et contes enfantins réveillent les meurtrissures de la petite et de la grande Histoires tandis que dans le tissu des images, des gestes, des traditions, des savoir-faire survivent. Là où le passé emprisonne, les images résistent, les mots ressuscitent.
Zaho Zay est une élégie en deux mouvements. Le premier suit la figure erratique d’un meurtrier en fuite qui traverse différentes réalités insulaires. Le second, à l’âpreté documentaire, se noue autour du destin figé de prisonniers entassés dans une prison surpeuplée de l’île. Une voix, seule, de femme trame les deux mouvements dans l’unité du texte et façonne de ses silences et de ses accents le corps d’images. Elle est l’adresse intime d’une matonne de la prison à son père, le criminel en fuite, dont elle convoque le souvenir sous les traits mythiques d’un Betsileo, habitant autochtone du Sud-Est de Madagascar. Le texte s’enracine dans le souvenir de ce père fantomatique, de ce meurtrier figuré en cowboy solitaire qui joue aux dés le sort de ses victimes. Des réminiscences de l’enfance surgissent les images des réalités contradictoires du pays. Au rêve, le film emprunte la forme généreuse et libre d’une progression par associations qui déjoue la pure logique narrative. De la vie claquemurée qui tente de subsister dans un système carcéral surchargé et insensé aux tisseuses de soie, de la culture du Katrafay aux paysages abîmés et aux hôtels évidés en attente de leurs riches clients, Zaho Zay livre le présent d’une île marquée par son passé colonial, nostalgique d’une liberté, d’une innocence. Zaho Zay ou l’état d’âme de l’île Rouge.
Claire Lasolle