ENTRETIEN BEATRIX

Entretien avec Lilith Kraxner et Milena Czernovsky

Beatrix est votre première collaboration. Comment est né ce projet ?
Nous avons toujours travaillé ensemble et nous nous sommes toujours soutenues sur nos projets artistiques. Mais il est vrai que Beatrix est le premier long-métrage que nous avons réalisé ensemble et le premier projet pour lequel nous avons fait des demandes de subvention. L’idée de Beatrix est née d’un dialogue au long cours entre nous deux. Nous avons commencé à nous confier sur des histoires intimes de notre quotidien, des moments de solitude, où nous nous sentions invisibles. Nous nous sommes demandé en quoi se distinguait l’image que nous nous faisions de nous-mêmes de celle qu’on nous imposait de l’extérieur. Comment la façon dont les autres nous voient affecte notre vision de nous-mêmes ? Que nous arrive-t-il en l’absence de contraintes sociales ?

Beatrix est le personnage principal, et vous vous concentrez quasi exclusivement sur elle, son intimité, à l’exception de quelques scènes avec des personnes extérieures. De plus, il s’agit d’une figure et d’un corps féminins. Pouvez-vous nous parler de ces choix ? Ainsi que de son nom ? S’agit-il d’une évocation facétieuse ou ironique de la Béatrice de Dante ?
Nous n’avions pas l’intention d’inventer une histoire, mais plutôt de créer un personnage, que nous voulions représenter à un moment de sa vie choisi apparemment de façon arbitraire. Nous avons eu l’idée du nom Beatrix. Pour nous, Beatrix incarne une génération qui se caractérise par une infinité de possibles, qui débouche souvent sur une quête dénuée de but. Submergée par la liberté de choisir, elle fait le choix de ne rien faire. Elle remet en question les idéaux qui lui sont imposés et les attentes de la société qui ont modelé son être, se muant petit à petit en un être pur. Témoin de son processus de découverte de soi, le spectateur se fait sa propre image de qui elle est – une image brute et sans filtre, tout en ayant conscience des rôles dans lesquels elle se glisse ou dont elle s’extrait, en la présence des autres.
Nous ne voulions pas raconter l’histoire d’une héroïne. Nous observons Beatrix qui boit, qui dort, qui mange – autant d’actions généralement tues dans les histoires. Nous tenions à nous attarder sur ces moments, leur laisser du temps et de l’espace pour qu’ils s’intègrent dans une investigation non narrative du quotidien. Le nom de Beatrix s’inspire d’une nouvelle de l’autrice autrichienne Ingeborg Bachmann, Probleme, Probleme, dans laquelle le personnage principal de Beatrix est trop épuisé pour avoir une vie sociale. Elle a le privilège de trainer au lit toute la journée et semble ne penser qu’à ses cheveux. Ce personnage apparemment rebutant nous a beaucoup intriguées, c’est pourquoi nous avons décidé d’appeler notre protagoniste ainsi.

Comment avez-vous travaillé avec Eva Sommer qui joue le rôle de Beatrix ?

Eva Sommer est une performeuse avec laquelle nous avions déjà collaboré et à qui nous pensions déjà à l’écriture du scénario. Nous avons passé beaucoup de temps à parler du personnage ensemble. Eva n’a jamais lu le scénario. Nous avons tourné chronologiquement, nous l’avons toujours bien préparée et avons tâché de lui donner la place d’improviser et de réagir aux situations. C’est grâce à une confiance sans réserve que nous avons pu travailler de cette manière.

Nombre de situations évoquent l’enfance, ses jeux et moments ludiques, ainsi que le passage à l’âge adulte. Pourquoi avez-vous choisi cette période ?
En un sens, nous avons probablement décidé de nous concentrer sur cette période de la vie car nous pouvons toutes deux nous y identifier. Toutefois, nous ne voyons pas cette période comme « un passage à l’âge adulte », parce que nous pensons qu’on ne passe jamais vraiment à l’âge adulte, mais qu’il s’agit plutôt d’un processus au long cours de découverte de soi. Beatrix traverse une période de sa vie où beaucoup de choses sont incertaines, ce qui, dans une certaine mesure, accentue son besoin de découvrir qui elle est. Quoi qu’il en soit, pour nous, cette recherche n’est pas liée à un âge en particulier mais elle se définit plutôt par une certaine curiosité, une volonté de jouer, de tester ses propres limites. Nous avons voulu mettre en avant cette légèreté en insistant sur les moments où Beatrix se retrouve seule. Pour nous, il y a quelque chose de téméraire dans ces moments de solitude qui se caractérisent par la frontière étroite entre l’ennui, le jeu et l’intime.

Peu de dialogues, une attention particulière portée aux gestes, aux cadres, et une temporalité à la fois étirée et elliptique. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette approche formelle ?
Plutôt que de nous intéresser au langage ou aux dialogues, nous avons voulu que le corps et les actions de Beatrix soient au centre de l’attention, ce qui devient performatif sous notre regard. Nous avions l’intention de laisser de la place à l’interprétation, pour prêter attention aux interactions non verbales, afin que Beatrix devienne une surface de projection. Le public doit pouvoir intégrer son propre vécu et ses sentiments – afin de combler les manques quant au passé, à l’avenir ou aux interstices. L’histoire s’intéresse alors à ce qu’on ne voit pas et ce qu’on n’entend pas, à ce qu’il y a entre chaque image.

Comment avez-vous choisi le décor de cette maison ? Comment avez-vous conçu ce lieu ?
À l’époque, nous habitions dans la maison que vous voyez dans le film. C’est pour des raisons pratiques que nous avons décidé d’y tourner, car nous ne savions pas si le projet allait être financé avant le deuxième jour de tournage. Néanmoins, nous avons tenté de la transformer pour qu’elle nous apparaisse différemment. Un espace abandonné qui prend peu à peu vie à travers la présence de Beatrix, tout en révélant des traces de l’existence d’une autre personne y ayant vécu auparavant. Nous avons décidé de situer l’intégralité de la narration à l’intérieur et autour d’une maison pour que les
spectateurs puissent véritablement plonger dans le microcosme que Beatrix se construit petit à petit pour elle-même. Il était important que la maison évolue et change tout au long de son séjour, à l’image du changement même de Beatrix. Afin d’accentuer cette immersion dans son monde, nous avons également opté pour des cadrages serrés et en gros plan.

Qu’en est-il du choix de tourner en 16mm ?
Nous avons opté pour le 16mm pour coller à notre vision artistique. En raison de la quantité réduite de pellicule, chaque instant que la caméra filmait devenait précieux. En particulier pour Eva Sommer, chaque scène demandait l’attention d’une mini performance unique. Et cela impliquait que nous soyons totalement concentrées lorsque la caméra tournait. Et bien sûr, nous aimons les couleurs et le rendu de la pellicule.

Propos recueillis par Nicolas Feodoroff