Soirée VidéoFID du 17 janvier 2017

Le FIDMarseille est heureux de vous proposer, dans le cadre des soirées VidéoFID, le mardi 17 janvier 2017 à 20h00 dans ses locaux la projection de deux films de Laura Huertas Millan :
SOL NEGRO (compétition - Mention spéciale du Grand Prix de la compétition française - première mondiale - FID 2016)
et
VOYAGE EN LA TERRE AUTREMENT DITE (FID 2012)

En présence de la réalisatrice.
 
PAF 4 €. Réservation recommandée, verres inclus.   Réservez votre place
 
SoleilNoir150.jpg  VoyageEnLaTerreAutrementDite150
 
 SOL NEGRO

«Ce lyrisme du quotidien se trouve encore investi par […] Sol Negro, de Laura Huertas Millan, portrait mélancolique et délié de la tante de la cinéaste, chanteuse lyrique au destin tragique auquel le film tente de redonner une voix.».
debordements - août 2016

«Il sourd du film une mélancolie vénéneuse, qui ne se dissimule derrière aucun maniérisme. Et l’on reste saisi par l’image de cette cantatrice accablée par la dépression, seule sur la scène d’un théâtre vide et décati.»
chronicart - juillet 2016

 
Le soleil noir du titre évoque autant l’éclipse solaire que cette « bile noire » à laquelle les médecins de l’Antiquité attribuaient les pulsions mélancoliques et suicidaires dont les artistes allaient tout particulièrement souffrir et qui envahissent ici l’existence d’Antonia, chanteuse lyrique dont la beauté sombre illumine le film. Laura Huertas Millán présente, en une mise en scène pudique et elliptique, plusieurs facettes du personnage d’Antonia.
Les liens familiaux délicatement explorés ne le sont pas tant à la recherche de l’origine du mal que comme une forme d’introspection à plusieurs voix : celles de la tante, de la mère et de la fille – la réalisatrice elle-même, qui par le biais de la fiction cherche à s’arracher à la destinée familiale. Les rapports entre le corps et l’esprit, dépression et création, sont alors révélés par bribes, toujours comme un questionnement et avec un tact infini. Petit à petit, le film exhale un peu du poison qui ronge les esprits et tord les estomacs : il fait sortir doucement une mélancolie, une tristesse profonde qui semble s’échapper des corps regardés au plus près, par les mots, par le souffle, en chantant, ou en pleurant, parfois même en mangeant. Inspirer, expirer. Exercice plus difficile qu’il n’y parait.
La maïeutique à l’oeuvre se donne alors à voir à travers le parcours d’Antonia, tantôt forte et tantôt fragile, cantatrice condamnée à chanter dans un théâtre vide, tel un soleil que personne ne peut regarder en face sous peine de se brûler les yeux. (CG)
 
VOYAGE EN LA TERRE AUTREMENT DITE
Dans un film, la rencontre du peuple étranger commence souvent par la vision en contre-plongée du bâtiment nécessaire au voyage. Sur l’agitation du ressac, les détails de l’architecture de Jean-Pierre Secq nous propulse brièvement. Pourtant, en ouverture, la construction était massive et immobile, déployant largement les trois ailes de béton brut de cette serre équatoriale de Lille. Cet essai sur la conquête de l’Amérique assume ses contradictions, soulignées par un montage de textes des conquérants : Bernal Diaz del Castillo, Hans Staden, Jean de Léry, Charles de la Condamine et l’usage de costumes et de masques inspiré du modernisme Brésilien. La découverte du nouveau monde s’effectue au ralenti à l’écoute des minutes d’un improbable procès des envahisseurs.
La plus restreinte des mobilités, le surplace, au profit d’une re-découverte du Nouveau Monde.
 
 
 
Entretien avec avec Laura Huertas Millan au sujet de SOL NEGRO paru dans le quotidien du FIDMarseille du 17 juillet 2016   venir au FIDMARSEILLE
14 allée léon gambetta 13001 marseille tél : +33 (0)4 95 04 44 90
FaLang translation system by Faboba