SÉLECTION OFFICIELLE / COMPÉTITION FRANÇAISE   FIDMARSEILLE 2011

première mondiale / compétition premier film

   

LAST ROOM

Pierre Carniaux

 

FRANCE
2010
Couleur et N&B
DVCam
76'

Version originale
Japonais
Sous-titres
Anglais
Musique
Thierry Fournier et Satoru Kita
Image et montage
Pierre et Matthieu Carniaux
Son
Toshihiro Dooka et Malte Jaspersen

Production
Pierre et Matthieu Carniaux

Plutôt qu’au seuil de l’ultime chambre que pointe le titre, c’est à déambuler dans un dédale hôtelier au Japon que Pierre Carniaux nous invite. Et à nous mettre à l’écoute de plusieurs personnages, l’un, nu dans l’eau d’une baignoire rococo, d’autres allongés sur de vaste lits ou sur de minces futons, tel autre encore coincé dans l’étroitesse des fameuses chambres capsules. À chacun sa pièce, son type d’hôtel, même si la répartition a l’air parfois aléatoire, à chacun aussi son histoire, même si tous les récits s’entremêlent sur un mode onirique, et qu’aucun ne revendique plus qu’un autre l’exceptionnel. Les confidences se suivent et se croisent. Il y est question de travail, comme homme de ménage dans un hôtel justement. Il y est question d’origine complexe, une jeune femme raconte en l’appuyant de croquis le destin de son grand-père, Coréen prisonnier de guerre embauché de force dans les mines, évadé à multiples reprises, et finalement resté au Japon de son propre chef. Il y est affaire d’une danseuse retrouvée assassinée sous le matelas d’un hôtel. En bref, il y est question du Japon, et de ses zones d’ombre, comme si cette île était peuplée de fantômes, comme si ce continent miniature était rêvé à haute voix par des habitants désillusionnés, qui préfèrent se réfugier dans la nuit. « Poème noir », nous dit lapidairement Carniaux de son film, mais d’un noir alors qui sait à chaque vers retourner de nouvelles profondeurs, et s’inventer de bien surprenants miroitements de surface.

Jean-Pierre Rehm

Entretien avec Pierre Carniaux au sujet de LAST ROOM paru dans le quotidien du FIDMarseille du 9 juillet 2011

FaLang translation system by Faboba