SÉLECTION OFFICIELLE / COMPÉTITION INTERNATIONALECOMPÉTITION PREMIER 2016   FIDMARSEILLE 2016
première internationale
   
ThoseShockingShakingDays150 THOSE SHOCKING SHAKING DAYS
Selma Doborac

- PRIX GEORGES DE BEAUREGARD INTERNATIONAL
- MENTION SPÉCIALE DU PRIX PREMIER
  Autriche,
Bosnie-Herzégovine

2016
Couleur
16 mm
Mixed Media, Stéréo
88’

Version originale
allemand, bosniaque,
français, italien
Sous-titres
anglais
Scénario, image,
montage, son
Selma Doborac

Avec
Steven Crilley (speaker english), Paul Kraker (speaker german)

Production
Selma Doborac
Distribution
sixpackfilm.com Filmographie
Hotel Alfa Romeo Uniform November Foxtrot Alfa Romeo Oscar Charlie Kilo India (2015)
It was a day just like any other in spring or summer (2012)
Examination Intimitation Prospect (2008)
Showtime (2006)
The Abandonment, (2005)
Peut-on, par les moyens du cinéma, figurer la guerre ? Cette question en ouvre mille autres, comme la guerre elle-même porte mille masques. La guerre ici, c’est celle des Balkans dans les années 1990 : une guerre Européenne, anachronique, dans laquelle les charniers et les camps de concentration contrastent avec l’arsenal high tech des conflits modernes, et surtout une guerre médiatisée dont les images insoutenables sont devenues banales dès que diffusées sur les écrans de télévision. Analyse rebattue ? Certes non : pour redonner aux images et aux témoignages leur puissance perdue, mais aussi à chacun ses responsabilités dans un monde où le mal n’est pas le seul fait des criminels de guerre, Selma Doborac, dans ce premier long-métrage, entreprend avec rigueur extrême de questionner toutes les manières possibles de faire un film sur la guerre.
Aux images de charnier se substituent celles, moins spectaculaires, filmées en vidéo par les combattants eux-mêmes, ou des plans tournés en 16mm montrant des maisons abandonnées, rendues à la nature, appartenant aussi bien au présent qu’au passé. Décomposant la fabrication de l’image de guerre par une suite de questions qui s’enchâssent sans fin, sous forme de sous-titres envahissants ou d’une voix-off aux faux airs de bulletin d’information, le narrateur démonte du même coup les mécanismes de perception, de compréhension, de mémorialisation, et même tout simplement de communication : remettant en cause jusqu’au langage cinématographique et transformant le film en une expérience unique, à la fois théorique et autobiographique. (CG)
FaLang translation system by Faboba