SÉLECTION OFFICIELLE / COMPÉTITION INTERNATIONALECOMPÉTITION PREMIER 2016   FIDMARSEILLE 2016
première mondiale
   
OutThere150 OUT THERE
Takehiro Ito
  Japon, Taïwan
2016
Couleur
16 mm, HD, Stéréo
148’

Version originale
japonais, chinois, anglais
Sous-titres
anglais
Scénario
Takehiro Ito,
Chun Chih Ma
Image
Yasuyuki Sasaki
Montage
Takehiro Ito
Son
Ryota Fujiguchi

Avec
Chun Chih Ma, Haruo
Kobayashi, Ayu Kitaura,
Ryuzaburo Hattori,
Natsumi Seto

Production
Takehiro Ito,
Chun Chih Ma
(EYES FILMS)

Filmographie
More, 2011
Tokyo. Ou peut-être Taipei. Out There navigue constamment d’une rive à l’autre, et les indices semés par Takehiro Ito s’évaporent justement lorsqu’on croit les saisir. C’est d’abord le récit d’un film qui n’advient pas. Ito est comme son personnage de réalisateur : en suspens, un projet échoué entre les mains. Son film a besoin d’un nouvel acteur s’il veut se remettre à exister. Cet acteur, c’est Ma (dans son propre rôle), né à Taïwan, qui erre en rollers dans Tokyo à la recherche d’une émotion plus que d’un lieu : celle d’être chez soi.
Les deux hommes se demandent, comment exister au sein du monde ? Empruntant les portes secrètes qui relient le Japon à Taïwan, son ancienne colonie, Out There déploie une structure multiple, tour à tour documentaire, film dans le film, romance et errance. Sur les traces d’Edward Yang (le film part d’un projet échoué de documentaire sur le réalisateur taïwanais), Ito établit les contours d’un urbanisme premier témoin de son époque.
Le noir et blanc numérique se conjugue au chaleureux 16 mm d’où surgissent les ruines d’un temps passé : le passage du temps comme seul repère concret avec, au loin, le rêve d’une immigration aux États-Unis. Pour Ito, savoir abandonner, c’est l’unique condition pour que le film se libère. Out There prône le trébuchement, l’essai, comme autant de réalités différentes où le film peut continuer d’exister. Sous une douceur d’apparat, Ito questionne les fragments vibrants de nos identités sociales et culturelles. (VP)
FaLang translation system by Faboba