Soirée VidéoFID du 13 octobre 2015

Le FIDMarseille est heureux de vous proposer, dans le cadre des soirées VidéoFID, le mardi 13 octobre 2015 à 20h00 dans ses locaux la projection de DANS MA TÊTE UN ROND-POINT de Hassen Ferhani (Grand prix de la Compétition Française, mention spéciale du Prix du GNCR - première mondiale - FID 2015). En présence du réalisateur.
 
PAF 4 €. Réservation recommandée, verres inclus.   Réservez votre place
 
"Arguably the most beautiful film ever made in a slaughterhouse." (Sans doute le plus beau film jamais réalisé dans un abattoir.)
The Hollywood Reporter - 21 juillet 2015
 
"Dans ce film, il n’y pas de frontière entre les réalités crues et cruelles des temps modernes algériens et les merveilleuses légendes qui les accompagnent, tout aussi vraisemblables."
Huffington Post Maghreb (Algérie) - 9 juillet 2015
 
"Par le jeu des libres conversations, dans la danse du repos et du travail, par le miracle des rencontres avec eux, par le hasard de quelques plans prodigieux, l’abattoir devient un pays, l’Algérie aujourd’hui, et un monde entier aux portes ouvertes, traversé de drames, de mille récits légendaires et quotidiens, de mille jeunesses sans horizon mais pas sans avenir. Beau comme les larmes d’espoir des hommes quand ils se surprennent à dire ce qu’ils voient."
Libération - 7 juillet 2015
 
"Une oeuvre qui réconcilie public et critique avec ses partis pris dynamiques qui ménagent des catapultages comiques, tout en dessinant le tableau nuancé d’une communauté soudée."
Les Inrocks - 8 juillet 2015
 
"Filmé comme un fond de calle, l’abattoir y devient ce vieux chalutier social où s’entassent et murmurent les âmes accablées, comme un inconscient collectif à ciel ouvert."
CRITIKAT - 14 juillet 2015

"Grâce au charisme des personnages, à un prodigieux travail de photographie et de cadrage et à un sens du burlesque inouï, quelque part entre Pedro Costa et Laurel & Hardy, gravité et drôlerie, espoir et fatalisme, amitié et labeur y cohabitent avec un sens inné de la sagesse."
chronicart.com - 21 juillet 2015
 
DansMaTeteUnRondPoint   HassenFerhaniPrix
En dépit du titre, le décor ne contient aucun élément routier, c’est dans un abattoir à Alger que nous nous trouvons. Retenu à l’intérieur d’un tel cadre si fréquemment décrit par le cinéma, on pourrait s’attendre au spectacle de la cruauté (mot qui, on le sait, signifie littéralement sang qui coule). Il n’en est rien. L’abattoir est avant tout ici un huis-clos, c’est-à-dire la scène d’un théâtre, où évoluent quelques personnages qui y ont élu résidence. Les héros, ce sont eux, ces hommes (car cet univers est exclusivement masculin), jeunes et moins jeunes, et aucun bœuf, mort ou vif, ne vient leur voler la vedette. On se souvient du Tarzan, Don Quichotte et nous (FID 2014), où le jeune Hassen Ferhani maniait déjà avec virtuosité, humour et précision, une caméra désireuse de décrire, plutôt qu’un contexte élargi, des figures chaque fois singulières. Davantage encore ici, si quelque chose d’un portrait de groupe est visé, c’est après avoir laissé la place à chaque personnage pour exister dans sa complexité, dans sa fragilité, dans son innocence comme dans la science qui est la sienne, à l’exemple de cet ouvrier-conteur qui discute gravement sur le choix du titre du fi lm en train de se faire. (JPR)
 
 
 
Entretien avec Hassen Ferhani à propos de DANS MA TÊTE UN ROND-POINT paru dans le quotidien du FIDMarseille du 3 juillet 2015.   venir au FIDMARSEILLE
14 allée léon gambetta
13001 marseille
tél : +33 (0)4 95 04 44 90
FaLang translation system by Faboba