LA COMPAGNIE, LIEU DE CRÉATION
www.la-compagnie.org
19, rue Francis de Pressensé 13001 Marseille

LA CARTE POSTALE REVISITÉE

Commissariat: Caroline Hancock et Paul-Emmanuel Odin
Dans le cadre du Printemps de l’Art Contemporain
«Destination Mars», 2015, Marseille
En partenariat avec le FIDMarseille
Exposition du 14 mai au 11 juillet 2015
du mercredi au samedi de 15h à 19h
visite de groupe sur rendez vous - entrée libre
Vernissage le vendredi 15 mai 2015 à 18h

– Pauline Bastard
– Sépànd Danesh
– Tacita Dean
– Douglas Edric Stanley et Ragnar Helgi Olafsson
– Tristan Fraipont
– Joana Hadjithomas et Khalil Joreige
– Frédérique Lagny
– Basim Magdy
– Sara Millot
– Miranda Moss
– Pascal Navarro
– Raphaëlle Paupert-Borne
– Dominique Piazza
– Marie Reinert
– Shuji Terayama et Shuntaro Tanikawa
– Oriol Vilanova

Et des documents d’archives, des travaux d’ateliers, des évenements
« Ce que je préfère, dans la carte postale, c’est qu’on ne sait pas ce qui est devant ou ce qui est derrière, ici ou là, près ou loin, le Platon ou le Socrate, recto ou verso. ni ce qui importe le plus l’image ou le texte, et dans le texte, le message ou la légende, ou l’adresse. »
Jacques Derrida, La Carte postale de Socrate à Freud et au delà (1980)
Cette exposition s’interroge sur les codes et les diverses formes de la carte postale, recto et verso, image et texte, depuis la mise en page des cartes Piazza jusqu’à ses reprises avec d’autres supports, cinématographiques, vidéo, numériques…
     
OÙ LIEU D’EXPOSITION POUR L’ART ACTUEL
www.ou-marseille.com
58 rue Jean de Bernardy 13001 Marseille.
Horaires et jours d’ouverture jeudi-samedi 16h-19h, selon les événements in situ.
Espace d’expérimentation et d’exposition, de résidence atelier/logement.

BEL VEDERE
Stéphanie Nava

Exposition du 25 juin au 10 juillet 2015

Lundi 29 juin de 16h à 20h – Vernissage de l’exposition
eudi 25 juin à 19h – Rencontre avec l’artiste et l’équipe du FID

À l’occasion du partenariat avec le FIDMarseille, la galerie Où présente le projet Bel Vedere de l’artiste Stéphanie Nava, dont est issue l’image portée sur l’affiche de l’édition 2015 du FID. En 2013, pour l’exposition Le Pont déployée dans Marseille, le [mac] avait invité Stéphanie Nava à une collaboration avec la coopérative d’habitants Hôtel du Nord* pour la création d’une oeuvre s’adressant au territoire couvert par la coopérative. De cette invitation est né Bel Vedere, qui amena les visiteurs à une dérive exploratoire des quartiers Nord. Ce projet comportait quatorze affiches, collées dans les rues de ce territoire, aux abords des maisons de membres de la coopérative. Une affiche spécifique était posée au fil du parcours pour marquer les nombreux belvédères proposant de spectaculaires vues sur la ville: celle du FID aujourd’hui. Une part intime du projet se trouvait à l’intérieur des maisons des hôtes, qui abritaient des dessins originaux ayant servi à l’élaboration des affiches. L’exposition chez Où permet d’appréhender aujourd’hui les multiples dimensions de Bel Vedere dans un lieu unique: les affiches, mais aussi les dessins, ainsi qu’un ensemble de photographies permettant de retracer le parcours proposé par le projet, à la découverte des villages, des collines, des cités, des usines, des jardins, des terrains vagues ou encore des nombreux belvédères dont recèle ce territoire et, bien sûr, de ses habitants.
www.hoteldunord.coop

Après des études aux Beaux-Arts de Valence, Stéphanie Nava s’installe à Marseille qui sera le lieu des premières présentations de son travail, suivies de nombreuses expositions individuelles et collectives en France et à l’étranger, notamment avec l’IMMA, Dublin; le Musée d’Art Moderne, Saint Etienne; dkw. DieselKraftwerk KunstMuseum, Cottbus; IAC, Villeurbanne; MOCAD, Detroit; Viafarini, Milan; Moly-Sabata/Fondation Albert Gleizes, Sablons; Le Parvis, Pau; Passerelle, Brest; La Ferme du Buisson, Noisiel… Lauréate de la bourse Villa Médicis Hors les Murs en 2004, elle part pour une période de recherche à Londres où elle s’établira jusqu’en 2009. Elle travaille aujourd’hui à Paris et Marseille et est représentée à Milan par la Galerie Riccardo Crespi et à Paris par la Galerie White Project.
Sa pratique s’articule entre dessins et installations, ponctués de photographies et vidéos. S’y déploient figures, lieux, objets et situations questionnant le champ étendu de ce que l’on pourrait nommer les relations. Elle porte une attention particulière à la manière dont celles-ci sont façonnées par les lieux dans lesquelles elles prennent place. Ainsi, le souci des espaces construits, l’importance de l’organisation spatiale dans l’organicité des communautés ou comment, finalement, les corps et les postures s’organisent autour d’objets, de lieux et de dispositifs qui les accueillent, constitue le noeud des préoccupations qui habitent son travail.
www.documentsdartistes.org/nava
     
GALERIE BEA-BA
art contemporain Marseille
www.galerie-bea-ba.com
122 rue Sainte – 13007 Marseille

FUGITIVE BEAUTÉ
Raphaëlle Paupert Borne - Fabrice Lauterjung

Exposition du 26 juin au 31 juillet 2015
Vernissage vendredi 26 juin à partir de 18h en présence des artistes.

Donner à voir plus que des représentations, donner à voir des moments. Du travail de peinture de Raphaëlle Paupert- Borne au cinéma de Fabrice Lauterjung passent des espaces vécus. Fugitive beauté renvoie à des images qui expriment le maintenant en même temps que sa perte. Un va et vient continu s’opère par la remontée à la surface d’images enfouies ou dissimulées, du fond à la forme, du décor à la figure. De l’un à l’autre, cette exposition propose des oeuvres où chaque image est une marque du temps.
     
VIDÉOCHRONIQUES
Lieu d’art contemporain
www.videochroniques.org
1 place de Lorette 13002 Marseille

HYPERSUJETS
Vincent Bonnet

Exposition du 16 mai au 11 juillet 2015
du mardi au samedi de 14 à 18 heures
entrée libre - accueil de groupes sur rdv
Vernissage le vendredi 15 mai de 11 à 22 heures

Cette exposition réunit des objets éditoriaux, des travaux graphiques et une nouvelle série d’images. En enregistrant ce qui ne cesse d’apparaître et de disparaître, cette série de photographies est une recherche inédite sur les visages et les corps publics — médiatisés. Fin avril 2007, alors que la campagne des élections présidentielles se termine, l’artiste tire le portrait des candidats. Ce travail s’est étendu ensuite aux images publiques du monde du show business, de la mode, des médias, du cinéma, du luxe, de la publicité, du spectacle… L’exposition propose, sur le mode de l’altération, une confrontation à un ensemble de cas de figures. Elle est une forme d’exorcisme à partir de ce qu’on nous impose. Elle est conçue comme un nouvel espace public et s’appréhende comme un environnement.
     
STUDIO FOTOKINO
http://www.fotokino.org/
33 allées Léon Gambetta 13001 Marseille

AIRE DE JEU
Paul Cox

Exposition du 13 juin au 2 août, du mercredi au dimanche de 14h à 18h30
Vernissage samedi 13 juin 2015 à 11h

Si Paul Cox occupe une place si particulière dans le paysage des arts graphiques contemporains, c’est qu’il y ouvre sans cesse de nouvelles perspectives tout en éclairant l’histoire de la discipline. Références et hommages discrets se multiplient dans un foisonnement d’inventions qui n’appartiennent qu’à lui. Pour cette nouvelle exposition, comme depuis toujours, le jeu se fait méthode de travail, mais aussi fondement du rapport entre artiste et spectateur.
Cette Aire de jeu est d’abord l’occasion de s’amuser de la polysémie du titre : c’est ici à la fois le lieu ludique que les enfants arpentent en tous sens, mais également l’espace scénique sur lequel danseurs et acteurs jouent leur rôle. Conçu comme un décor de spectacle, chacun peut déplacer et réagencer ce paysage découpé en plusieurs plans, comme il l’entend, le rendant ainsi différent chaque jour. Sur cette aire, Paul Cox réunit ainsi arts graphiques et scénographie, pour le plus grand bonheur de ceux qui connaissent une facette ou l’autre de son talent multiple.
     
MuCEM
http://www.mucem.org/
Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
Esplanade du J4 13002 Marseille

TRACES… FRAGMENTS D’UNE TUNISIE CONTEMPORAINE

Fragments I : Du 13 mai au 28 septembre 2015
Fragments II : Du 4 novembre 2015 au 29 février 2016


Commissaires : Thierry Fabre, responsable du département de la programmation culturelle et des relations internationales (MuCEM), Sana Tamzini, commissaire d’expositions, présidente du FACT (Forum Des Associations Culturelles en Tunisie)
Coordinateur de la programmation au bâtiment Georges Henri Rivière : Jean‐Roch Bouiller, conservateur, chargé de l’art contemporain (MuCEM)
Scénographes : Olivier Bedu et Juliette Morel – Struc’Archi

La scène artistique contemporaine en Tunisie est riche, variée et fertile. Avec Traces... Fragments d’une Tunisie contemporaine, projet composé de deux expositions successives – Fragment I (du 13 mai au 28 septembre 2015) et Fragment II (du 4 novembre 2015 au 29 février 2016) –, le MuCEM donne à voir en images la jeune création tunisienne.

 
LA BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE À VOCATION RÉGIONALE L’ALCAZAR
44, Cours Belsunce - 13001 Marseille

L’ALCAZAR FIDÈLE AU CINÉMA
Du 1er au 4 juillet, à raison de deux séances quotidiennes (11h15 et 17h), l’Alcazar et le FIDMarseille présenteront conjointement dans la salle de conférence de l’Alcazar un film de la sélection Doc Alliance (sélection de films européens que les festivals membres de Doc Alliance, soit 7 festivals européens majeurs, considèrent comme étant exceptionnels et dignes d’un soutien spécial pour l’année, chacun des festivals partenaires engagés dans le projet contribuant à cette sélection en choisissant un film) et un film issu de la programmation des écrans parallèles, précédés comme toujours d’une présentation avant la projection.
     
CINÉMA LE MIROIR – CENTRE DE LA VIEILLE CHARITÉ
2 rue de la Charité, 13002 Marseille
www.futurs.marseille.fr

Partenariat avec les musées de la ville de Marseille autour de l’exposition Futurs, Matisse, Miró, Calder…
Programmation cinéma du 23 mai au 18 juillet 2015

La ville de Marseille et la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais, s’associent pour organiser, au Centre de la Vieille Charité, l’exposition événement de l’été 2015. Du début du XXe à nos jours, cette exposition s’attache à retracer les liens et les influences partagés entre l’Art, l’architecture, la science, la robotique, la science-fiction et l’astronomie.
Dans ce cadre, le FID a été invité à mener un cycle de programmation en lien avec la thématique de l’exposition.

Les films programmés

Utopies passées, dystopies, temps à venir, la sélection des films proposés dans ce programme ouvre autant sur des temps à venir qu’elle explore de futurs antérieurs. Cela peut passer par une investigation de l’économie mondialisée qui s’imposerait comme futur à chacun décrite par The Dubai in me ou par la critique sociale passée au prisme du grotesque dans L’attaque de la moussaka géante. De même, la science fiction comme genre y tient sa place, qu’elle permette l’exploration d’un improbable futur accueillant une fable morale dans le mythique Planète interdite ou le méconnu La femme sur la lune de Fritz Lang, ou la méditation philosophique de Solaris. Une réflexion sur le temps aussi, qu’elle passe par une expérience de l’éloignement lointain chez Andreï Ujica, ou du déplacement avec Eduardo Williams, ou portent un regard sur le passé comme le font Patricio Guzmán et Louidgi Beltrame. Qu’il se fasse imaginaire ou qu’il soit nourri de la documentation la plus saisissante, chacun de ces films invite à un voyage dont l’horizon est à chaque fois à réinventer.
 
LIBRAIRIE HISTOIRE DE L’OEIL
25, rue Fontange
13006 Marseille
www.histoiredeloeil.com

BRISES
Enrique Ramirez

du 30 juin au 18 juillet 2015
Une projection du film Los durmientes aura aussi lieu simultanément à la galerie HLM
20 Rue Saint-Antoine, 13002 Marseille
Vernissage le vendredi 26 juin à 18h30 en présence de l’artiste

Les films d’Enrique Ramírez (né en 1979, vit et travaille à Paris et au Chili) ont souvent la mer pour décor. Ils nous parlent de voyages, d’échanges entre les peuples, et abordent des questions politiques et sociales comme l’émigration (Horizon, Cruzar un muro), ou le développement du commerce maritime dans une économie mondialisée (Océan). L’autre thème récurrent de son travail, c’est l’histoire du Chili et, en particulier, la dictature de Pinochet. Il l’évoque dans Brises, à travers les souvenirs de son enfance. Quoique basés sur des faits réels, ses films ne sont ni des documentaires ni des récits fictionnels. Les longs plansséquences, les textes poétiques en voix off, les musiques peu contrastées, tout concourt à créer une atmosphère onirique, à nous entraîner dans ce qui s’apparente à une vision. Los durmientes , revient sur un fait particulièrement abominable de la dictature chilienne : des victimes – parfois encore vivantes – ont été jetées à la mer depuis des hélicoptères, attachées à des rails de chemin de fer. Le titre, en espagnol, désigne à la fois des dormeurs et des traverses de chemin de fer. Los durmientes est un triptyque vidéo présentant simultanément trois actes, trois temporalités différentes de cette histoire.
Enrique Ramirez est représenté par la galerie Michel Rein.
Il a notamment obtenu le Prix loop fair 2014 et le Prix Découverte 2013 des Amis du Palais de Tokyo.
FaLang translation system by Faboba