Soirée VidéoFID du 12 novembre 2013

Le FIDMarseille est heureux de vous proposer dans le cadre des soirées VidéoFID, le mardi 12 novembre 2013 à 20h00 dans ses locaux la projection du film LOUBIA HAMRA de Narimane Mari, Grand Prix de la Compétition Française, Mention spéciale du Prix Marseille Espérance et Lauréat du Prix Renaud Victor, sélectionné en première mondiale au FID 2013. En présence de la réalisatrice.

PAF 4 €. Réservation recommandée, verres inclus.    Réservez votre place
       
LoubiaHamra300.jpg  

 


Narimane Mari, lors de la remise du Grand Prix de la Compétition Française

Sur une plage d’Algérie, des gamins barbotent, dorment, se chamaillent — puis, soudain, s’en vont en guerre. Ni Sa majesté des Mouches, ni La Guerre des boutons. Narimane Mari, pour son premier long-métrage empli de grâce, filme de près cette mêlée enfantine, au rythme accidenté d’une imagination qui emprunte au grand vrai, à l’Histoire nationale : à la guerre d’indépendance, rien de moins. Quand le « pour de faux » devient le moteur d’un emballement général, on progresse alors dans un éclat de cris et de paroles en l’air, aux trousses de cette volée d’enfants dont le pas décidé martèle les escaliers, envahit les maisons, et traverse les places de village, avant d’étendre le temps aux dimensions d’un rêve dans une chorégraphie d’ombres guerrières ou une exploration nocturne du cimetière qui annoncent les dangers à venir. Car Loubia Hamra joue, elle aussi, l’audace d’une inversion. À l’écrasant tragique — la colonisation, la guerre — elle substitue le fragile, à l’image de ces « petits poissons qui n’ont pas de message » flottant dans la Méditerranée, frontière mouvante qui ouvre et clôt le film. Sérieuse comme dans les jeux d’enfants, l’Histoire est ramenée à la taille sans mesure d’un fantastique théâtre de silhouettes, et d’autant plus grave que l’enfance n’y est pas engloutie, mais surnage, rivale, inaccomplie, libre encore d’un destin écrit.

Céline Guénot

«Couronné du prix de la compétition française, Loubia Hamra est ce que l’on a vu de plus étonnant et de plus fort, libre et souverain, un film d’une vitalité à faire danser les esprits les plus confortablement installés dans la mort – au son d’une bande-son inattendue et parfaite de Zombie Zombie. [...]»

Antoine Thirion, Independencia

Entretien avec Narimane Mari à propos de “Loubia Hamra” paru dans le quotidien du FIDMarseille du 5 juillet 2013.  venir au FIDMARSEILLE
14 allée léon gambetta
13001 marseille
tél : +33 (0)4 95 04 44 90
FaLang translation system by Faboba