SELECTION OFFICIELLE
 FIDMARSEILLE 2008

COMPETITION FRANÇAISE

première mondiale

     
Temps amoureuses

LE TEMPS DES

AMOUREUSES

Henri-François Imbert

 

 FRANCE
2007
Couleur
Mini DV & Super 8
83’

Version originale
Français
Image
Henri-François Imbert
Son
Frédéric Maury
Musique
Silvain Vanot
Montage
Céline Tauss,
Henri-François Imbert
Avec
Hilaire Arasa,
Jean-Louis Damani,
Aissa Ihamouine,
Fabienne Dorey,
Ernest Simo

Production
Libre Cours

Distribution
Shellac

Filmographie
NO PASARAN, ALBUM SOUVENIR, 2003
DOULAYE, UNE SAISON DES PLUIES, 1999
SUR LA PLAGE DE BELFAST, 1996
ANDRÉ ROBILLARD, À COUP DE FUSILS !, 1993
CINÉ-JOURNAL (PAPA TOND LA PELOUSE, MAMAN FAIT DU FEU, LE 1er MAI, BON ANNIVERSAIRE PAPA, ETC.), DEPUIS 1988

   

Henri-François Imbert, c’est connu, a la passion de la mémoire. Une fois encore, il entreprend un voyage en arrière. Un hasard lui en donne l’occasion, la rencontre fortuite, dans un café, avec un des personnages du beau film mélancolique de Jean Eustache, Mes Petites Amoureuses. Adolescent alors, aujourd’hui homme mûr ayant « vécu », comme on dit étrangement, cet acteur d’un rôle raconte l’enchantement rétrospectif de sa brève prestation et permet de retrouver quelques complices du tournage de 1974. Si la piste Eustache sert à l’évidence de fil rouge, ce n’est que pour mieux dépasser les seules anecdotes de plateau. Car ici, tout comme chez Eustache, l’importance va à l’enfance, ce pays dont on vient, qu’on a quitté sans espoir de retour, et dont on ne parle plus la langue. Écart fatal, que le film s’attache à tenir entrebâillé. Et la douleur qui en sourd, égrainée pudiquement le long des séquences, vient de ce que ce pays de l’enfance n’est jamais derrière, mais en nous, à la fois zone si familière et terra incognita aux frontières closes. C’est à cette exploration, patiente et échouée d’avance, que nous entraîne le film pour y saisir à la fin, dans ses rets, d’autres jeunesses.

Jean-Pierre Rehm

FaLang translation system by Faboba