actualités juin 2007

 

 

 

La 18ème édition du FIDMarseille se déroulera du 4 au 9 juillet 2007 au TNM La Criée, à la BMVR L’Alcazar, au cinéma Les Variétés, à l'Agora des Sciences et au CRDP.

cliquez pour ouvrir le suivi des films du fidmarseillecliquez pour ouvrir la programmation hors les murscliquez pour ouvrir l'agendacliquez pour ouvrir le suivi des films du fidmarseillecliquez pour ouvrir la programmation hors les murscliquez pour ouvrir l'agenda 


 

 

 

 

 

actualités juin 2007

JURY DE LA COMPÉTITION INTERNATIONALE


Président du Jury
Apichatpong Weerasethakul – Thaïlande
Réalisateur


Patricio Guzmán - Chili
Réalisateur

Angela Schanelec - Allemagne
Réalisatrice

Tahani Rached – Egypte
Réalisatrice

Enrico Ghezzi - Italie
Critique

COMPÉTITION INTERNATIONALE

1937
De Nora Martirosyan
Arménie, 2007, 44', couleur

AUTOHYSTORIA
De Raya Martin
Philippines, 2007, 95', couleur
Avec JK Anicoche, Lowell Conales

FENGMING – CHRONIQUE D’UNE FEMME CHINOISE
Wang Bing
Hong-Kong/Chine, 2007, 186’, 2007, 110', couleur

COSMONAUT POLYAKOV
De Dana Ranga
Allemagne, 2007, 110', couleur

DE SON APPARTEMENT
De Jean-Claude Rousseau
France, 2007, 70', couleur

GAJOK CHOSANGHWA
De Kim Young-Jo
Corée, 2007, 67', couleur

GHIRO GHIRO TONDO
De Yervant Gianikian & Angela Ricci Lucchi
Italie, 2007, 60', muet


De Gaëlle Vu Binhgiang
Vietnam, 2007, 151'

HULING BALYAN NG BUHI : OR THE WOVEN STORIES OF THE OTHER
De Sherad Anthony Sanchez
Philippines, 2006, 97', couleur
Avec  Marilyn Roque, Jeliete Ruca, Ronald Arguelles, Junjun Lizada et Connie Bordios

LE RAVISSEMENT DE NATACHA
De Marcel Hanoun
France, 2007, 22', couleur
Avec Lucienne Deschamps

LOVE CONQUERS ALL
De Tan Chui-Mui
Malaisie, 2006, 90', couleur
Avec Coral Ong Li Whei, Leong Juin Juin, Stephen Chua Jyh Shyan, Ho Chi Lai

MOSTRAME
De Anneleen Hermans
Belgique, 2006, 47', couleur

PROFIT MOTIVE AND THE WHISPERING WIND
De John Gianvito
États-Unis, 2007, 57', couleur

RUE SANTA FE
De Carmen Castillo
France, 2007, 163', couleur

SABLÉ-SUR-SARTHE, SARTHE
De Paul Otchakovsky-Laurens
France, 2007, 95', couleur

THE HALFMOON FILES
De Philip Scheffner
Allemagne, 2007, 87', couleur

THE JOURNALS OF KNUD RASMUSSEN
De Zacharias Kunuk, Norman Cohn
Canada, 2006, 112', couleur
Avec  Leah Angutimarik,  Pakak Innukshuk,  Neeve Irngau Uttak

THE PERVERT'S GUIDE TO CINEMA
De Sophie Fiennes
Royaume Uni, 2006, 150', couleur

JURY DE LA COMPÉTITION FRANÇAISE

Président du Jury
Jean Echenoz - France
Ecrivain


Nathalie Richard – France
Comédienne

Jérôme Beaujour - France
Ecrivain, scénariste

Dunja Bialas - Allemagne
Programmatrice

Hala Alabdalla Yakoub – Syrie
Réalisatrice

COMPÉTITION FRANÇAISE

1. ORAKEL (Orakel von Prohlis)
De Andreas Fohr
France, 2007, 48', couleur

CÈNE
De Andy Guerif
France, 2006, 31', couleur

DES INDES À LA PLANÈTE MARS
De Christian Merlhiot, Matthieu Orléan
France, 2007, 80', couleur
Avec Jacques Bonnaffé, Mireille Perrier, Boris Alestchenkoff, Édith Scob, Jean-Christophe Bouvet

FRANCE 2007
De Gee Jung Jun
France, 2007, 20', noir et blanc

HARUKI YUKIMURA & NANA-CHAN
De Xavier Brillat
France 2006, 38', couleur

HIC ROSA, PARTITION BOTANIQUE
De Anne-Marie Faux
France, 2006, 57', couleur

LA VIE DE CHÂTEAU
De Frédérique Devillez
France, 2007, 56', couleur

MAFROUZA, OH LA NUIT!
De Emmanuelle Demoris
France, 2007, 148', couleur

MÈTIS
De Vincent Barré
France, 2007, 32', couleur

NAWNA (JE NE SAIS PAS...)
De Nazim Djemaï
France, 2007, 105', couleur

TENTATIVE D'ÉPUISEMENT D'UN LIEU PARISIEN
De Jean-Christian Riff
France, 2007, 73', couleur

TRABALHO ESCRAVO
De Nikola Chesnais
France, 2007, 51', couleur

YVES – PREMIERE PARTIE
De Olivier Zabat
France, 2007, 82’, couleur

 

 

 

 

 

 

actualités juin 2007

Reconduisant leur partenariat pour la quatrième année, les Cahiers du cinéma et le FIDMarseille ont voulu en élargir le cadre: pour cette dix-huitième édition, ils proposent une rétrospective intégrale des films de Pedro Costa, depuis les premiers courts-métrages jusqu’au monumental En avant, jeunesse, présenté en Compétition à Cannes en 2006, et pour l’heure inédit en salle. Le cinéaste portugais bâtit une œuvre depuis maintenant vingt ans : toujours plus à l’écart des modes traditionnels de production, celle-ci s’est également avancée, avec toujours plus de souveraineté, vers la conquête d’un domaine commun à la fiction et au documentaire. Du Sang à Ossos, de Dans la chambre de Vanda à Où gît votre sourire enfoui ?, l’enjeu est bien d’inventer, avec des moyens de fortune, un nouveau grand art pour le cinéma. Entreprise seule ? C’en est un des paradoxes, et c’est pourquoi elle dialoguera ici avec d’autres. La rétrospective sera complétée d’une sélection de films choisis par Pedro Costa : les Straub évidemment, mais aussi Andy Warhol, Chaplin, Dreyer, etc. Choisis, et accompagnés par lui : des rencontres viendront prolonger les films, et donner à entendre les articulations, les résonances, toutes les possibilités d’un projet qui compte parmi les plus nécessaires du cinéma contemporain.

Emmanuel Burdeau, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma

Rétrospective Pedro Costa

O sangue
Portugal, 1990, 98', N&B
Avec Pedro Hestnes, Nuno Ferreira, Inês de Medeiros, Luís Miguel Cintra

Casa de Lava
Portugal/France/Allemagne, 1994, 110', couleur
Avec Inês de Medeiros, Isaach De Bankolé, Edith Scob, Pedro Hestnes, Cristiano Andrade Alves

Ossos
Portugal/France/Danemark, 1998, 93', couleur
Avec Vanda Duarte, Nuno Vaz, Mariya Lipkina, Isabel Ruth, Inês de Medeiros, Miguel Sermão
       
No quarto da Vanda
Potugal/Allemagne/Suisse/Italie, 2000, 170', couleur
Avec Lena Duarte, Vanda Duarte,  Zita Duarte, Pedro Lanban, António Moreno, Paulo Nunes, Fernando Paixão   

6 Bagatelas
co-réalisé avec Thierry Lounas
France/Protugal, 2001, couleur/noir&blanc, 18'
Avec Danièle Huillet et Jean-Marie Straub

Où gît votre sourire enfoui ?
France/Portugal, 2002, 104', couleur
Avec Danièle Huillet et Jean-Marie Straub

Ne change rien
Portugal, 2005, noir&blanc, 12'
Avec Jeanne Balibar

En avant, jeunesse !
France/Portugal/Suisse, 2006, 155', couleur
Avec Silva 'Nana' Alexandre, Alberto 'Lento' Barros, Paula Barrulas, Cila Cardoso, Isabel Cardoso, Beatriz Duarte, Vanda Duarte

Tarrafal
Film issu du projet collectif initié par la Fondation Gubelkian, L'Etat du Monde (Apichatpong Weerasethakul, Vincente Ferraz, Ayisha Abraham, Wang Bing, Pedro Costa, Chantal Akerman)
2007, 17'

Carte blanche à Pedro Costa

The night of the demon
De Jacques Tourneur
Royaume Uni, 1957, 95', noir&blanc
Avec Dana Andrews, Peggy Cummins, Niall MacGinnis, Maurice Denham, Athene Seyler

Billie Holiday chante « Fine and Mellow »
Programme CBS « The sound of jazz »
Etats-Unis, 1957, 7', noir&blanc

Les vertes années
De Paulo Rocha
Portugal, 1963, 91', noir & blanc
Avec Oscar Acurcio, Furtado Ruy, Isabel Ruth, Alberto Ghina       
 
Beauty#2
De Andy Warhol
Etats-Unis, 1965, 66', noir&blanc
Avec Edie Sedgwick, Gino Piserchio

Jaime
De Antonio Reis
Portugal, 1974, 40', couleur, 35 mm, VO portugais ST français

Dalle Nube Alla Resistenza
De Jean-Marie Straub et Danièle Huillet
Italie/Allemagne/Royaume Uni/France, 1980, 104'
Avec Olimpia Carlisi, Guido Lombardi, Lori Pelosini, Ennio Lauricella, Gino Felici, Walter Pardini

Unknown Chaplin
De Kevin Brownlow et David Gill
Royaume Uni, 1983, 3x60',
Un bruit hors-champ, le cameraman se retourne. Dans sa rotation vive, il filme les coulisses : l'origine d'un son, la source d'une musique ou la rumeur du monde. Presto, un geste à rebours où personne ne parvient à fixer ni les images, ni les sons. Dans son Dictionnaire de la musique (1767), Jean-Jacques Rousseau définit Presto comme un mouvement rapide, plus animé que l'allegro et de caractère moins serein. Presto : juste ce moment durant lequel l'homme à la caméra conscient du potentiel politique de son prélèvement manipule quelques archives sonores, guette la naissance d'un son ou propose une composition à de nouveaux auditeurs, spectateurs. L'écran parallèle de 2007, cette brève révolution de l'appareil, prolonge le programme Du son à l'image de Laurent Ghnassia en 2003 et après l'émergence de la matière, il s'agit aujourd'hui d'en capter les agitations. Inaugurées par un hymne, Anthem de Apichatpong Weerasethakul, elles se prolongent par les retrouvailles avec Elegy of Life : Rostropovich. Vishnevskaya de Alexander Sokurov. Presto, perfect sound de Manon de Boer et George Van Dam, et Igor Stravinsky, composer de Janos Darvas. Elles parcourent les années 60 et le rock saisi par Peter Whitehead, Tonite let’s all make love in london, et l'origine des années 80 avec D.O.A. de Lech Kowalski, jusqu'à aujourd'hui avec des réalisateurs contemporains. Le cinéma n'est plus seulement sonore, il cherche son rythme, sa mélodie, sa polyphonie… Il déploie ses flux.


Gilles Grand, compositeur et enseignant à l'Enba de Lyon.
Presto !

1. Presto

Anthem
De Apichatpong Weerasethakul
Thaïlande, 2006, 5', couleur

Presto, perfect sound
De Manon de Boer
Belgique, 2006, 6', couleur

Suffering and smiling
De Dan Ollman
Etats-Unis, 2006, 65', couleu


2. Da capo

Casa Verdi – Le baiser de Tosca
De Daniel Schmid
Suisse, 1984, 87', couleur

D.O.A.
De Lech Kowalski
Etats-Unis, 1981, 90', couleur
Avec les Sex Pistols

Unfaithfully yours
De Preston Sturges
Etats-Unis, 1948, 107', noir & blanc
Avec Rex Harrison, Linda Darnell, Rudy Vallee, Barbara Lawrence, Kurt Kreuger
En avant-première de sa ressortie française.

David, Mofett and Ornette
De Dick Fontaine
Etats-Unis, 1966, 24', noir & blanc

Igor Stravinsky, composer
De Janos Darvas
Allemagne, 2001, 53', noir & blanc

Pixinguinha e a velha guarda do samba
De Thomaz Farkas et Ricardo Dias
Brésil, 2006, 10', couleur

Au fil du son, un portrait de Yann Paranthoën
De Pilar Arcilar
France, 2006, 52', couleur

Das sein und das nichts
De Bady Minck
Autriche, 2007, 10', couleur

Scarpia
De Jean-François Jung
France, 1995, 45', couleur

3. A tempo

Opera Jawa
De Garin Nugroho
Indonésie/Autriche, 2006, 120', couleur

Nömadak Tx
De Raùl de la Fuente
Espagne, 2006, 86', noir & blanc

Quatre jours à Ocoee
De Pascale Ferran
France, 2000, 115', couleur

Soigne ta droite
De Jean-Luc Godard
France/Suisse, 1987, 81', couleur
Avec Jane Birkin, Dominique Lavanant, Pauline Lafont, Eva Darlan, Isabelle Sadoyan, Jacques Villeret, Michel Galabru, Rufus, Jean-Luc Godard

Pink Floyd London '66 – '67
De Peter Whitehead
Royaume Uni, 1967, 30', couleur

Tonight let's all make love in London
De Peter Whitehead
Royaume Uni, 1967, 70', couleur

Marc Ribot, concert solo
De Anaïs Prosaïc
France, 2006, 30', couleur

Building a broken mousetrap
De Jem Cohen
Etats-Unis, 2006, 63', noir & blanc/couleur

Homemade
De Olivier Cousin
France, 2006, 35', couleur

Damo Suzuki, le chant de l'imprévu
De Jérôme Florenville
France, 2006, 52', couleur

Elegy of Life : Rostropovich. Vishnevskaya.
De Alexander Sokurov
Russie, 2006, 2x52', couleur
La proposition est fort simple. Réunir des films faits par des femmes. S’agit-il de traquer une ressemblance ? Non. S’agit-il de prôner une communauté d’intérêts ? Pas davantage. Ici, pas plus qu’ailleurs, ne nous retiennent les motifs identitaires. Sous l’intitulé de ce programme, on aura peut-être reconnu un autre titre, le fameux Détruire, dit-elle de Marguerite Duras. Si l’on a substitué un verbe à un autre, c’est dans l’espoir que le premier continue de résonner sous le dernier, et en ébranle l’assurance. Voilà quelques films donc, qui s’ingénient à un certain travail de sape. Miner une cinématographie, une architecture déclarées masculine serait encore trop vite parler. Disons plutôt que se fait jour dans chacun de ces films une forme de désinvolture très calculée quant à un ordre qui partage si facilement, par exemple, le dehors et le dedans. Le dehors et le dedans d’une maison, d’une ville, d’un pays, d’une histoire, d’une réflexion, etc. Détruire, filmer, mettre en route (ou, tout pareillement, en déroute), à accepter d’entendre cette triade en une tresse serrée, serait sans doute équation plus juste. Le Camion de Marguerite Duras, Hotel Monterey de Chantal Akerman en ont donné, il y a quelques années désormais, le coup d’envoi. Plus récemment, d’autres signataires de méfaits comparables se sont heureusement manifestés. Hito Steyerl, Lisl Ponger, Latifa Echakch, Ayreen Anastas, Hala Alabdalla Yakoub, Dora Garcia, Ursula Biemann. C’est avec leurs films que l’on écoutera chacune - dire ce qu’est filmer.Filmer, dit-elle

Le Camion
De Marguerite Duras
France, 1977, 80', couleur
Avec Marguerite Duras et Gérard Depardieu

Hôtel Monterey
De Chantal Akerman
Belgique/Etats-Unis, 1972, 65', couleur

Ana Alati Tahmol Azouhour Ila
De Hala Alabdalla Yakoub et Ammar AlBeik
Syrie, 2006, 110', noir&blanc

Pasolini Pa* Palestine
De Ayreen Anastas
Palestine, 2005, 50', couleur

Remote sensing
De Ursula Biemann
Suisse, 2001, 53', couleur

Writing Desire
De Ursula Biemann
Suisse, 2001, 26', couleur

Performing the border
De Ursula Biemann
Suisse, 1999, 45', couleur

Black sea files
De Ursula Biemann
Suisse, 2005, 34', couleur

Contained mobility
De Ursula Biemann
Suisse, 2004, 21', couleur

Europlex
De Ursula Biemann
Suisse, 2003, 20', couleur

Kurz davor is es passiert
De Anja Salomonowitz
Autriche, 2006, 73', couleur

Sans titre, 11 mars 2005
De Latifa Echakhch
France, 2005, 23', couleur

Zimmer, Gespräche
De Dora Garcia
Belgique, 2006, 28', couleur

Imago munidi. das gültige, sagbare und machbare verändern
De Lisl Ponger
Autriche, 2007, 37', couleur

Chacun sa Palestine
De Nadine Naous et Léna Rouxel
France, 2006, 57', couleur
Revolver est une revue de cinéma, que l’on glisse dans sa poche pour la lire n’importe où. Elle réunit les pensées, les opinions et les rêves de cinéastes et de cinéphiles. Sa vocation est de parler du cinéma de demain de façon directe, précise et honnête.
Elle cherche à constituer un forum d’opinion faisant appel aux lecteurs. Les cinéastes qui la rédigent y soulèvent à travers leur sélection une discussion qu’ils continuent d’alimenter et de compléter.
La revue est publiée deux fois par an, au printemps et à l’automne, depuis 9 ans. Le comité de rédaction est composé par Benjamin Heisenberg et Christoph Hochäusler, deux des membres fondateurs, ainsi que par les cinéastes Jens Börner et Franz Müller et l’acteur-réalisateur Nicolas Wackerbarth. Un numéro spécial intitulé Kino muss gefährlich sein (Le cinéma doit être dangereux) vient d’être publié. Il regroupe des articles des 15 derniers numéros de la revue dont certains sont épuisés.

Jens Börner
Benjamin Heisenberg
Christoph Hochhäusler
Franz Müller
Nicolas Wackerbarth
Revolver

Halbe Stunden
De Nicolas Wackerbarth
Allemagne, 2007, 20', couleur français

Ortswechsel. Fünf Kapitel über einen Umbruch
De Jens Börner
Allemagne, 2002, 55', couleur

Schläfer
De Benjamin Heisenberg
Allemagne, 2005, 100', couleur

Marseille
De Angela Schanelec
Allemagne, 2004, 95', couleur



Ecran parallèle présenté en partenariat avec le Festival International du Film Francophone de Tübingen
Soit l'hypothèse suivante. D'un côté, la vie serait une construction de choix et de hasards, dit-on. De l'autre, nous avons tous en mémoire un film, ou fragment de film, qui nous a intimement marqué étant enfant. C'est précisément un choix (celui de rentrer dans une salle de cinéma) et un hasard (celui d'être tombé sur tel film plutôt qu'un autre) qui nous ont offert ces instants qui resteraient en nous le reste de notre existence. Des images comme une émotion, non comme une distraction.

Reste que notre rôle de programmateurs est de susciter ce choix et d'organiser ce hasard pour donner aux plus jeunes à voir, ressentir, penser. Pour éveiller leur regard à un cinéma qui se joue des frontières et fait vivre en lui une multitude de cultures et d'expressions. C'est dans ce désir que s'inscrit la démarche de Fotokino qui depuis plus de six ans imagine expositions, projections, ateliers et rencontres dans le champ des arts visuels.

C'est aussi la proposition de cet écran, que le FIDMarseille nous invite à programmer pour la seconde année. Un programme destiné à tous, accessible à tous - à partir de 6 ans, sans obstacle de compréhension (de langue, notamment). Des séances qui réuniront adultes et enfants dans un même désir de découverte et de compréhension du réel, mais qui ne saurait être uniquement défini par cette particularité. Il s'agit avant tout de donner à voir dans une diversité de langages cinématographiques des œuvres sensibles dont l'imaginaire et le propos sont propres à interpeller chacun de nous. Des films du monde entier, rares ou totalement inédits.
L'occasion de porter sur le monde le regard des enfants («Jeunes lumières», «Le Pain et la rue», «En rachâchant»), de questionner le rapport des hommes à leur environnement («Sönemböör», «La Cabale des oursins»), et de partir à la rencontre de l'autre et de son quotidien («Baka», «Homem da meia noite»). Ou encore, comme avec «Le Goût des olives», de mêler l'intime aux rumeurs de l'enfance. Aussi, nous avons tenu cette année à proposer aux plus grands «La Route avec elles», un film pour la transmission d'une mémoire, celle des Camps, mais aussi d'une certaine conscience politique.
Les Sentiers : car il s'agit bien de prendre un chemin, et l'on verra bien où cela nous mène.

Nathalie Guimard et Vincent Tuset-Anrès
Directeurs artistiques de Fotokino.
Fotokino propose chaque année les rencontres Laterna magica.
Les Sentiers

Baka
De Thierry Knauff
Belgique, 1995, 55', noir et blanc

La Cabale des oursins
De Luc Moullet
France, 1991, 17’, couleur

Das Modell (La Maquette)
De Florian Gwinner
Allemagne, 2006, 6', couleur, video, sans dialogue

En rachâchant
De Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, d’après le texte ”Ah! Ernesto“ de Marguerite Duras
France, 1982, 7', noir et blanc
Avec Olivier Straub, Nadette Thinus, Bernard Thinus, Raymond Gérard

Le Goût des olives
De Anne Lacour
France, 2006, 23', couleur

Homem da meia noite (L’homme de minuit)
De Paolo Santagostino
Italie, 2006, 16', couleur

Jeunes lumières
Collectif composé par Nathalie Bourgeois
France, 1995, 60'

Lux
De Carole Sionnet
France, 2007, 3', couleur

Le Pain et la Rue (Nan Va Kucheh)
D'Abbas Kiarostami
Iran, 1970, 10', noir et blanc

Prise de son
De Frédéric Guelaff
France, 2007, 13', couleur

Paul
De Cécile Rousset
France, 2005, 7'30, couleur

La Route avec elles
De Anne-Sophie Birot
France, 2007, 83', couleur

Sönemböör
De Samuel Bester
France, 2006, 13', couleur

 

 

 

 

actualités juin 2007


FMR

Nous avons le plaisir d’annoncer la renaissance de FMR grâce au soutien du Conseil Général des Bouches du Rhône.
Ce concept festif et musical, qui a embelli les nuits du FIDMARSEILLE de 2001 à 2003, revient planter sa tente Quai Marcel Pagnol.
Tous les soirs de 19h00 à 2h00.
LIEUX

Théâtre National de Marseille – La Criée
30, quai Rive Neuve
13007 Marseille

Agora des Sciences
61, La Canebière
13001 Marseille

Cinéma Les Variétés
37, rue Vincent Scotto
13001 Marseille

Cinémathèque de Marseille/ CRDP
31bis, bd d’Athènes
13001 Marseille

L’Alcazar- Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale
58, Cours Belsunce
13001 Marseille

FMR
44, Quai Marcel Pagnol 13007 Marseille
Soirées festives et musicales de 19h00 à 2h00.

TARIFS

Pass festival       
Normal 60 €      Réduit 40 €
Pass week-end    
Normal 35 €      Réduit  25 €
Pass 1 jour          
Normal 18 €      Réduit  15 €
Séance               
Normal  6 €       Réduit   5 €
ACCRÉDITATIONS

Nous vous remercions, pour toute demande d’accréditation, de remplir le formulaire en ligne sur notre site internet : www.fidmarseille.org

Renseignements accréditations 
Luc Douzon  
accreditations@fidmarseille.org

Afin de pouvoir continuer à oeuvrer au développement du festival et à la défense du cinéma affranchi, un droit d'accréditation pour les professionnels de 40€ est demandé.
Celui-ci donne accès à toutes les projections du programme, aux tables rondes ainsi qu'à la vidéothèque.

cliquez ici pour vous désabonner.

FIDMARSEILLE 14 allée léon gambetta 13001 marseille tel / fax : +33 (0)4 95 04 44 90 / 91 - web : www.fidmarseille.org